Descente de l’Ain – 23 octobre 2011

Départ: pont de Chazey

Arrivée: Anthon (confluence Ain-Rhône)

8 Participants: Bertrand, Claude Be., Didier, Emmanuel C., Jacques, Maryvonne, Nicolas, Sébastien.

Pour cette dernière véritable sortie de la saison, nous avons descendu l’Ain du pont de Chazey jusqu’à Anthon, à la confluence de l’Ain et du Rhône. Les pluies automnales se faisant attendre, le niveau était relativement bas, mais suffisant pour naviguer sans jamais racler les bateaux ou la pagaie au fond de la rivière. En contrepartie la météo était exceptionnellement agréable en cette saison, si l’on oublie la levée du vent en fin de descente, et nous avons pu profiter du soleil pour le pic-nic et en attendant le retour de la navette. Il a même fallu retenir Maryvonne entre deux chansons révolutionnaires pour qu’elle ne rejoigne pas les nudistes qui bronzaient au soleil. Heureusement qu’elle avait pris une pagaie trop courte, cela nous a permis de la rattraper à temps !

Cette sortie étant pour certains une première expérience de navigation en rivière, nous en avons profité pour faire quelques exercices élémentaires (bacs, stops et reprises) dans les quelques petites veines d’eau du parcours. Malgré quelques trajectoires approximatives entre bac et reprise, quelques remontées dans le courant au milieu de la rivière au lieu de rejoindre la rive opposée, et quelques stops involontaires à l’intérieur de virages, tout le monde s’en est sorti honorablement. Le débit relativement faible a permis de descendre la rivière en toute sécurité sans bain involontaire, et chacun a pu à tour de rôle ouvrir la rivière pour apprendre à lire les mouvements d’eau.

En résumé: une sortie conviviale et sportive en pleine nature, une météo ensoleillée, une navigation très agréable, et chacun a pu se perfectionner, idéal !

Pause dans un stop

débarquement pour le pic-nic

L'après-midi

Premier bac

 

CR – Sortie sur La Bonne le 8 octobre 2011

 

D’après le CR de Jérôme:

Le parcours:

La Bonne : Pont du Prêtre à la retenue EDF
~ 6 Km de classe III avec un portage
niveau d’eau : bas
durée : 3h00

 

 

Avant le départ :

Cette sortie commença par un gros malentendu. La rumeur voulut que Nicolas G soit de la sortie. Ce qui entraina Maryvonne dans son sillage. Sébastien émit juste un vague intérêt pour la sortie et se retrouva inscrit d’office. Les deux se retournèrent contre le principal intéressé qui prit alors connaissance de son inscription et ne put qu’acquiescer.

Forcément après un tel lobbying, nous nous retrouvions 11 au départ du CKTSV … ou presque. Un malencontreux oubli de bouffe, puis d’affaire de kayak, puis de confusion de bateau, puis de récupération d’un maître nageur nécessita de repasser par le CKDM.

 

La navigation :

Au final, donc 11 au départ du Pont du Prêtre.

 

Nous n’allons pas tarder à débloquer notre compteur de la journée. Dès le 1er rapide. Non pas l’Étroit du Prêtre, le 1er rapide, celui en amont du pont. Tu embarques, tu fais ta reprise, tu es dedans. En décravatant le bateau de Maryvonne, le décravateur envoya la pointe de celui-ci directement dans Christelle qui passait malencontreusement à ce moment là. Comme aux quilles, sur le toit, un vague « je ne t’avais pas vu » en guise d’excuse. 1[bain] / 0[esquimau].

 

200 m plus bas, 3/0 comptabilisé à la sortie de l’Étroit du Prêtre. Et il en était ainsi tout au long du 1er kilomètre, une petite brasse par ci, un petit esquimautage par là. Chacun son tour.

 

Le pire nous attendait. Sournoisement tapis sous forme d’un petit seuil.  50 cm de haut dirait la science, un véritable trou diront d’autres.

 

De l’amont, on trouvait bien que les bateaux mettaient un certain temps à sortir. Alessandra aurait – elle envie de jouer avec son playboat ? Ah ben Thibo, aussi. Tiens c’est Nico qui s’y colle maintenant. De loin, on ne voyait pas tout. Le bateau en travers, dans un sens dans l’autre, sur la gite… Voyant les premiers mijoter, les derniers mirent un peu plus de conviction dans le franchissement.

 

Tous se regroupèrent dans le petit contre où certains avaient perdu leurs pompes, d’autres leur bateau, d’autres un peu de fierté.

 

Le rapide suivant se présentait sous forme d’une glissière un poil drossante rive gauche et qui se terminait dans une étroiture. Lionel ouvrit, sortit en légère chandelle. Un autre – confiant à la technique précise et au bateau dernier cri – se lança dans une subtile analyse vectorielle de la trajectoire. Tu rentres à gauche, incidence droite pour compenser le drossage, de la vitesse pour compenser le courant, et tu sors dans l’axe tranquille. Démonstration. A gauche, vitesse, incidente droite. Là cela se dérégla un peu. A fond dans le mur de droite, arrêt buffet, v=0, soleil, brasse. Commentaire de Sébastien « Mais il y voit bien !?! ».

 

« On porte » tonna un moniteur les bras en croix sur la berge. « Ah !! non non, moi je porte pas » se firent entendre les voix féminines de Christelle et Anja. « C’est tout droit ». En haut, au milieu, en bas. Bilan, pas un pet de jeu, bateau à plat, le cheveu sec à la sortie (ahr !!!).

 

Maryvonne nous abandonna au viaduc. On la retrouvera 2 h plus tard, en train de faire du footing en combinaison néoprène autour de son rond-point. Juste à temps. Les routiers et autres chasseurs s’étaient donnés le mot. Une file ininterrompue de 38 tonnes convergeait déjà vers le spot.

 

Nicolas nous démontra une fois de plus la validité de la théorie de Haeckel. Il reproduisit en accéléré toute son évolution de kayakiste depuis les origines jusqu’à aujourd’hui. Oubli de ses affaires, reprises tremblotantes dans du I, gite approximative, cravates dans du II…, pour finalement se retrouver en aval du viaduc, serein, gonflé à bloc,  à la limite d’ouvrir tous les passages III de la Bonne.

 

 

Au final, 1.6363….

Ce n’est pas le taux de fécondité du groupe mais celui de renversement  de notre équipée de bras cassés ce samedi 08. 12 / 6, seuls Anja et Lionel n’entrèrent pas dans les stat.

 

Participants (CKDM & CKTSV) :

Nicolas R, Mickael N., Sebastien O., Nicolas G, Christelle, Lionel, Alessandra, Maryvonne, Thibo, Anja, Jérôme « à la technique précise et au bateau dernier cri ».

Les Photos d’Alessandra :