Stage sécurité eau vive

Vous l’attendiez de longue date, alors, aujourd’hui, le voici, le compte rendu du stage sécu, organisé par Didier Algay et le CKDM sous la houlette de Yannick Vericel, notre gourou, et BE.

Qui : Jacques B, Claude B, Yohan B, SeB, Alex, Nico G, Nico L, Frédéric L et Bertrand S

Ou : Sault Brenaz

Quand : Au milieu de la nuit… C’est Didier qui a géré l’heure du rendez-vous, nous sommes arrivés à 8h30 à Sault Brenaz, je ne m’étais jamais levé aussi tôt de ma vie ! Positivons; on profitera mieux de la matinée.

Le programme : assurer activement sa sécurité et celle des autres dans du Classe II.

 

Jour 1 :

8h30, il n’y a pas d’eau, 9h il y a de l’eau,  ha non, toujours pas, le Rhône est énorme, du coup, le niveau est au raz des paquere….heu… des cailloux. La nage en eaux vives vient de quitter le programme.

Pour commencer, descente de l’intégralité de la rivière en groupe, Yannick nous évalue. Il est temps de faire bonne impression. En temps qu’éminent représentant du CKTSV (gentiment invité, et qui tient à remercier son homologue Décinois pour cet honneur), Yohan a à cœur de faire bonne impression et se prend la buche la plus rapide du monde, à un endroit ou on ne savait même pas qu’il était possible de tomber, et hérite, de ce fait, du devoir de réaliser le compte rendu…et… heu… bref… passons.

S’ensuivent, dans le désordre : rappel sur les bateaux, l’équipement, l’attitude à adopter en rivière, un caillou, danger, 2 cailloux, sécurité, un stop toutes les 2h etc

L’après midi : dessalage et esquimau sur pointe, dans des contres, puis dans le « courant », le tout dans une eau claire comme du Nesquick, tout un programme. Je tiens d’ailleurs a féliciter Nicolas L pour son exemplarité, lui qui peut rester une heure sous son bateau, dans un calme olympien, en attendant qu’on vienne le chercher, alors que toute tentative de le sauver se solde inévitablement par une catastrophe (une pagaie cassée, genre), ainsi, pour une sortie réussie et plus sécurisée, pensez à l’abandonner sur une aire d’autoroute !

Petits exercices techniques, puis d’autres trucs que mon cerveau fatigué a sans doute occulté parce que j’ai attendu 8j pour faire le compte rendu.

Fin de journée, repas de kayakiste, donc des pâtes, pour ceux qui aiment ça puis une vidéo très instructive sur le kayak, des techniques de navigation, de récupération, de nage en eaux vives etc. Sur les 12ème coup de minuit, Nico G se fait le porte parole de tout le groupe en proposant d’une voix ensommeillée : « on va ptêt aller se coucher, on ne tient plus debout »

Jour 2 :

le Rhône est descendu d’un hobbit, la rivière revit. échauffements, exercices :
Vidage de bateau… en bateau, dans un contre, dans le courant etc.
Exercices techniques divers, exercice de récupération, petit tour en camion pour récupérer Nico (Je préserve son semi anonymat) a Valence (j’en rajoute un peu).
Lancer de corde :

c’était pour ma part la première fois qu’on me lançait une corde, et j’ai trouvé frustrant qu’elle s’arrête à mi-chemin de moi et du lanceur, voila, je voulais le dire.

Ensuite, encore des exercices que j’ai oublié à cause de ces 8 belles journées passées a reporter au lendemain ce qui aurait dû être fait il y a longtemps.

Retour à la maison.

Conclusion : Force est de constater que nous ne sommes pas tout à fait à jour (bel euphémisme) sur la sécu et qu’on n’en fait pas assez, qu’il ne faut pas hésiter à en faire un petit peu quand nous en avons l’occasion.

 

Bertrand S.
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire