Auteur/autrice : Sébastien

Randonnée sur la Saône – Parcieux <-> Trévoux (10/03/2019)

Compte-rendu de sortie journée de la section Randonnée sur la Saône, entre Parcieux et Trévoux
Date: 10 Mars 2019
Participants: Claude, Laurent, Sébastien (resp.), Stéphane H, Thomas

Parcours

Cinq participants pour une sortie prévue pour être accessible à des kayakistes ayant débuté à l’automne. Le RDV est donné à 8h30. L’instant de sortir les bateaux, aller chercher la remorque, les mettre sur la remorque, en retirer et en remettre, sangler, défaire et re-sangler, refermer toutes les serrures, nous voilà partis environ une heure plus tard. Après environ 25 km pendant lesquels les gps se contredisent, nous voilà au point d’embarquement, à proximité du « camping de l’écluse à Parcieux », en rive gauche de la Saône, en aval de l’ancienne écluse au PK 26 (adresse 1413 Chemin de Halage, 01600 Parcieux, au bout du chemin des Varennes). Après avoir posé les kayaks près du point de mise à l’eau et mis nos tenues de navigation, on libère le chemin de halage en garant le camion et la remorque à proximité des habitations. Embarquement sans soucis comme on dit dans la région. L’eau est encore très fraiche.

Mise à l’eau
Ancienne écluse, au PK 26

Nous commençons par prendre le (faible) courant et contournons l’île Beyne par le sud avant de remonter en longeant d’abord l’île puis la rive droite de la Saône en direction de Trévoux. Cette rive est un peu plus sauvage, on observe des branches taillées (castors ?), des amas de coquillages (rat musqué ?), des couples de col verts, des grands cormorans avec au plumage nuptial partiellement blanc (Phalacrocorax carbo sinensis ?) . Bien qu’assez bien préservée, on constate malheureusement, comme sur tous les cours d’eau, la présence de quelques sacs en plastique dans les branches et d’autres déchets sur la rive.

Ile Beyne
Saône, rive droite
Trace de castor ?
Salle à manger de rat musqué ?
Papotage
Vél’eau

A l’île de la Pradelle, nous nous engageons dans la lône et nous arrêtons pique-niquer en rive droite de la Saône, où nous profitons de bancs et tables en pierre (aire aménagée « queue de l’Ile » à Quincieux). En fin de pique-nique le groupe n’a eu aucune pitié pour les pop-corns apportés par Claude ! Réembarquement puis remontée du passage entre l’île et la rive, obstrué par des arbres. Quasiment sans courant et avec un peu de contorsion, ça passe mais attention : à ne pas tenter s’il y a du courant !

Ile de la Pradelle, aire de pique-nique, ne passe pas si courant (arbres bloquant le passage)

Rive droite à gauche, île de la Pradelle à droite, arbres en face
Rive droite … à droite, île de la Pradelle … à gauche !
Barque à rénover …
Rive droite … à droite, île de la Pradelle … à gauche (bis)
Trévoux à droite … sur la rive gauche
Trévoux

Nous continuons à remonter en longeant rive droite. Nous passons devant Trévoux, puis laissons l’île du Roquet sur notre droite, et « Les îles » (dixit gogol) sur notre gauche. Là se produit un phénomène étonnant: arrivés à la pointe ouest de l’île du Roquet, des veines d’eau se forment soudainement alors que l’eau était calme ?!?

Formation soudaine de petites veines à la Pointe ouest de l’île Roquet ?!?

Quelques bacs plus tard, la veine d’eau disparait et … la proue d’une péniche de marchandise à grand gabarit fait son apparition !

Il semble que le volume de la péniche limitait le débit dans le chenal principal, entre la rive gauche et l’île du Roquet, faisant ainsi monter localement et momentanément la hauteur d’eau dans le petit bras. Nous profitons un peu des vagues derrière la péniche avant de continuer à remonter et, peu après « les Iles », nous faisons demi-tour.

Ancienne écluse à Parcieux
Ancienne écluse à Parcieux (bis)
Retour au point de départ, entre les roseaux
Roseaux à Parcieux

Nous empruntons la lône entre la rive droite de la rivière et le sud de « Les îles » où nous croisons un 4×4 qui traverse la rivière ! Nous reprenons ensuite le cours principal de la Saône pour rentrer tranquillement au point de départ sous un ciel dégagé, en profitant du faible courant. Avant de reprendre la route vers le club, pour clore cette sympathique sortie tranquille Laurent partage un délicieux gâteau au chocolat. En résumé, une agréable journée passée sur l’eau qui a permis à des nouveaux adhérents (initiés par Baptiste à « l’école de pagaie adulte ») de pagayer en dehors du Grand Large.

Categories: Vie du club

Randonnée sur la Costa Brava, 22-28 octobre 2017

[slickr-flickr search= »sets » set= »72157665661510469″ size= »original »]

Lien vers l’album photos complet :

https://www.flickr.com/photos/clubckdm/albums/72157665661510469/page1

Participants : François, Fred L, Jacques, Laurence, Sébastien, Stéphane.

Evolution du Projet :

Le projet initial était d’abord la Corse, mais compte tenu des places restant disponibles sur les ferrys aux dates souhaitées et le tarif assez dissuasif, la destination a évolué vers une randonnée sur la Catalogne « Nord » (Costa Vermella, ou côte Vermeille) côté français et la Costa Brava de la Catalogne « Sud » (en Espagne ?).
Après avoir initialement prévu un départ d’Argelès avec pour objectif les iles Medes, la tramontane nous conduit à partir en sens inverse et partir du golfe de Roses pour remonter vers la France. Les prévisions de la semaine nous permettaient initialement d’envisager le parcours Roses-> Argelès, mais le coup de vent prévu en fin de séjour s’est décalé de deux jours, et nous avons finalement dû écourter le séjour pour nous limiter à la Costa Brava, la tramontane au nord du cap Cerbère étant bien trop rapide pour les kayaks !

Le compte rendu :

Dimanche : le bitume

Départ à 8h36 de Décines après un café croissant pendant que les boulangères préparent notre stock de pain. Essence à 11h30, arrêt à 12h27 pour re-sangler les kayaks, arrivée vers 15h au camping « Laguna » à Roses. Là on aurait pu visiter la gigantesque marina, mais nous préférons nous balader et repérer la petite barre à l’embouchure de la petite rivière qui nous permettra d’embarquer depuis le camping, se baigner (pour les deux plus courageux), préparer les listes, faire les sacs, observer les perroquets-perruches verts et les huppes fasciées, gouter à la pression locale en terrasse, et nous reposer.

Lundi : Mise à l’eau !

La négociation pour laisser notre véhicule la semaine en notre absence est plus compliquée que nous l’avions imaginé. En saison ça semble carrément impossible tant il faut insister et revenir pour avoir la confirmation après consultation du propriétaire du camping. Cela nous a fait perdre un peu de temps, mais bon, nous sommes en vacances, la météo est belle, tout va bien ! Embarquement à 12h10 en direction du Sud, vent de 12 nœuds de Nord, nous poussant vers notre premier objectif, l’Escala. Le vent tombe et la fin de la traversée de la baie de Roses paraît bien longue. Arrêt pique-nique à l’Escala ou nous arrivons à promouvoir la pagaie groenlandaise auprès de kayakistes venus de Bretagne !
Vers 16h (oui, on s’est vite mis au rythme local) départ vers l’Estartit. Le ressac sur la houle d’un mètre anime la navigation. Nous mettons les casques. La côte rocheuse est verticale et percée de grottes, que nous explorons presque toutes jusqu’au https://www.cialissansordonnancefr24.com/cialis-5-mg/ bivouac de Ferrial. Plage de galets sur une vallée de pinède, cela sent la salsepareille.

Mardi : Iles Medes

Départ à 11h30 (bon, on est en vacances, non ?). Rase falaise vers les iles Medes. Décor sauvage, arches et rochers cachant de petites plages que l’on repère comme potentiels bivouacs pour une nouvelle randonnée sur cette zone. La houle s’est un peu calmée. Pour la pause du midi, l’accostage est un peu périlleux, mais le décor est sympa. Après le tour des iles Medes, nous revenons vers Roses par le même itinéraire (pas trop le choix en réalité !) en repassant par les arches et grottes les plus remarquables. La traversée de la baie de Roses nous paraît à nouveau bien longue … deux heures de traversée pour bivouaquer sur la plage à côté de la réserve du Parc Natural dels Aiguamolls de l’Empordà (a proximité d’un camping, fermé). Nuit perchée pour Sébastien en haut du mirador, à la belle étoile. Les autres en tente sur la plage au pied du mirador. A noter, la plage est interdite au printemps durant la période de ponte de tortues marines.

Mercredi : Cap Norfeu, Cadaques, Port Lligat, Cap Creus

Départ à 11h (ça progresse …) en direction du Nord. Nous finissons la traversée du golfe de Roses … enfin ! Sans vent, sous le soleil. Vers le cap Norfeu, nous sommes fascinés par les roches aux formes surprenantes, parfois rangées, parfois en forme de chou fleur, noires, vertes, striées de blanc … Au bout du cap : un petit vent 3-4 Beaufort non prévu. Pique-nique dans une vallée minérale où nous faisons sécher les tentes (la nuit sur la plage a été humide. Embarquement en direction de Cadaquès toujours en longeant la côte rocheuse aux formes étranges que l’on pourrait exposer dans une exposition d’art contemporain. A la sortie de Cadaquès nous sommes surpris que les cormorans soient si peu farouches comparés à ceux que nous croisons sur le Rhône ou en Bretagne. Peut-être est-ce parce qu’il peinent moins à se sécher les ailes dans ce pays ensoleillé et venté ? Un peu de rase cailloux sous les nuées d’étourneaux, puis à Port Lligat nous passons devant la maison de Salvador Dali. On a évoqué l’idée de visiter le musée Dali, mais il est tard et les prévisions météos des prochains jours ne sont pas bonnes. Un coup de vent est annoncé pour Vendredi et les jours suivants. Nous allons devoir rejoindre Portbou jeudi soir pour organiser une navette et récupérer le camion et la remorque. Du coup on sera obligés de revenir ! Sur le moment, on se contente de s’imprégner des lieux qui permettent de percevoir une partie de l’inspiration du peintre. Dans la baie de Port Lligat nous recroisons les kayakistes de Quimper rencontrés lundi à l’Escala ! Cette fois-ci ils se baladent avec leur kayak gonflable. Nous les mettons au courant du coup de vent prévu et repartons vers le Cap Creus en quête d’un lieu de bivouac sympa avant la partie en réserve intégrale. Les roches sont toujours aussi étranges, et commencent à paraitre austères en fin de journée. Le lieu initialement repéré est squatté par un voilier de marins … bretons ! Finalement, après débats et hésitations, on se pose dans une petite crique entre les falaises. Nous devons faire un peu de terrassement pour poser nos tentes sur les galets. L’endroit est sympa, au point que même les moustiques s’y sont installés … C’est dans ces instants que l’on est content de ne pas avoir oublié son répulsif !

Jeudi : Cap Creus -> Portbou

Départ à 10h (vous voyez, ça progresse !). On longe toujours la falaise ou les roches étrangement sculptées de motifs minéraux, organiques et mécaniques. Elles font penser à un autre artiste : H.R Giger. Si, si, vous le connaissez ! C’est le créateur notamment de la créature et des décors d’Alien le 8ème passager, et peut-être de pochettes de Vinyles de votre adolescence rock’n’roll (Emerson Lake and Palmer, Magma, Debbie Harry, The Dead Kennedys, Korn, …). Au passage, tant que l’on est hors sujet, ne manquez pas la visite du musée Giger quand vous passez à Gruyère en Suisse. Nous naviguons au pied du phare dans la réserve intégrale, où tout est interdit sauf de se promener en tenant son chien en laisse. Passé le Cap Creus, les roches changent et varient progressivement. Arrêt pique-nique dans l’anse de ???. La plage est exposée de telle manière qu’elle récupère de nombreux objets divers : beaucoup de bois flotté, des résidus de cordages, des objets en plastique, etc. Ces objets inspirent des « sculpteurs » locaux qui y ont laissé une imposante structure en bois flotté, et des dessins-sculptures de personnages ou d’oiseau au sol. Après un pique-nique où l’on a tenté de finir ce que nous avions prévus pour le restant de la semaine, sieste au soleil ! Nous embarquons sous le soleil, sur une mer d’huile. La méditerranée est décidément imprévisible car sans la consultation du bulletin météo il est inimaginable qu’un coup de vent est prévu pour le lendemain matin. Cap sur Portbou. Pendant que les autres font la course tout le long de la baie de Colera, Laurence et Sébastien observent des puffins et un banc de poisson agitant la surface de l’eau initialement lisse comme un miroir. Une fois regroupés, nous visitons la dernière grotte du séjour à la frontale, puis mettons le cap vers Portbou. Les prévisions météo annoncent toujours du vent NNE 6/7 Beaufort pour le lendemain. Hors de question de naviguer dans ces conditions. Après consultation des horaires de train, on s’organise : Jacques et Sébastien débarquent et prennent le train vers Figueres puis enchainent en taxi vers le camping à Empuriabrava pour récupérer le camion et la remorque, et rentrent sur Portbou dans la soirée. Le tarif de transport est imbattable : 5€ de train pour deux, 31 € de taxi, ne pas s’en priver pour les navettes ! Pendant ce temps, les autres remorquent les kayaks, vont boire un coup (ou plus), et plantent discrètement les tentes sur une plage de Portbou.

Vendredi matin : Merci aux prévisionnistes météo !

Le vent annoncé la veille est bien présent ! Heureusement que nous n’étions pas en bivouac loin d’une solution de repli à terre. Dans la baie de Portbou, au pied de la falaise, le campement est à l’abri du vent, mais dès l’embarquement on sent bien qu’il vaut mieux ne pas être en mer ! Le vent souffle en rafales puissantes. Après avoir navigué un peu le long à la falaise « pour voir » mais sans s’aventurer hors de la baie, nous débarquons au port où le camion était garé. Sur le parking il faut bien orienter les bateaux face au vent sinon ils se font emporter, même chargés. Pour le chargement : deux qui tiennent le bateau pendant que les autres sanglent. Les affaires sèchent rapidement pendant ce temps. Pique-nique entre deux rattrapages de sacs et autres objets volants. Plutôt que rentrer directement à Lyon, nous parcourons en camion la côte que nous viendrons longer en kayak une prochaine fois : Cap Cerbère, Banyuls, Collioure. Nous passons la nuit à Argelès au camping municipal (on ne s’imagine pas une seconde venir à Argelès en pleine saison !!!), puis retour sur Lyon.

Conclusions :

Se méfier de la tramontane !

C’est un beau coin (hors saison en tout cas), un peu capricieux (prendre la météo tous les jours !), mais qui mérite d’être exploré (nombreuses grottes et quelques arches, géologie surprenante). Prévoir l’anti-moustique pour certains bivouacs, même fin octobre !

Il va falloir que l’on revienne pour terminer le parcours !

Randonnée sur l’Ain de Pont-de-Chazey à Anthon, dimanche 1er octobre 2017

Dans le groupe de randonneurs, les nouvelles recrues sont désignées d’office volontaires pour rédiger le compte-rendu de leur première sortie. Donc voilà le CR de Nadia !

[slickr-flickr search= »sets » set= »72157686879381930″ size= »original »]

Album photos : https://www.flickr.com/photos/clubckdm/sets/72157686879381930

Ballade en kayak de mer sur l’Ain – Dimanche 1er Octobre 2017

Première sortie et donc compte rendu à rédiger, c’est la coutume !

Rendez-vous au club à 8 h.
Sont présents : Sébastien qui organise la sortie, Brice, Roland, Jacques, François, Laurence et moi- même Nadia ; nouvelle arrivée au club .

Bon, le temps le matin est brumeux, le Grand Large fume un petit peu. On charge la remorque et le camion, on gare les voitures plus haut, sauf une pour la navette, et c’est parti. Direction Chazay-sur-Ain, 40 km de Lyon. Objectif de la journée : descente de l’Ain jusqu’à la confluence du Rhône. 20 km de rando-kayak.

On pose une voiture à Anthon au point de débarquement. Les premiers arrivés voient une biche traverser à la nage. Nous autres, on se contente de voir des poissons sauter dans l’eau. On reprend la route vers le point d’embarquement. Le ciel se dégage , il est 10 h. Moi c’est ma première sortie en rivière, ce que je crains le plus c’est de chavirer ! Au début, la rivière est calme, pas beaucoup de fond puis petit à petit un peu plus de courant, et de remous. Tout le monde s’amuse, moi je suis dans les apprentissages: bac, stop, contre-courant etc … Lire l’heure en pagayant, rotation du buste, pédalage, gite etc …
Pause déjeuner méritée au soleil, très agréable ; gâteau aux amandes … Hum ! Merci Brice.
14 h , deuxième partie du parcours. D’autres passages techniques, je commence à m’amuser un peu et à intégrer les infos. J’ai du mal à lire la rivière, à anticiper, mais ça passe ! Parfois entre deux cailloux.
Vols de cygnes au dessus de nos têtes, hérons cendrés, aigrettes, canards, couleurs automnales.
Puis dernier passage avant la confluence : du courant, des souches à éviter, un dernier bac … et la journée s’achève à Anthon. C’est pas moi qui ai baigné, je me rappelle plus c’est qui ! … Navette, attente, retour au club à 18 h.

Tout s’est bien passé. Pour ma part j’ai passé une très belle journée. Je me suis sentie bien entourée, bien encadrée. Merci à tous,

Nadia


 

PS: Au cours de la sortie nous avons assisté à la naissance d’une nouvelle discipline sportive : l’accrokayak. Discipline à la fois très sportive et utile également en matière de prévention des risques, puisque nous pouvons observer sur les photos une technique mise au point par Jacques, pour évacuer d’urgence son kayak en cas de lâcher de barrage impromptu. Technique qui devrait à court terme être intégrée dans les enseignements ‘sécurité’ de tous les clubs. (Brice)

 

 

 

Categories: Actualité Randonnée

CR Randonnée en Petite Camargue, 22-24 sept 2017

[slickr-flickr search= »sets » set= »72157686374198521″ size= »original »]

(Album photos : https://www.flickr.com/photos/clubckdm/albums/72157686374198521 )

Parcours: Saint-Gilles -> Aigues-Mortes (environ 80 km, soit 43 milles nautiques).

Participants: François, Jacques, Laurence, Max, Philippe, Pierre, Rémy, Sébastien, Stéphane

Organisation:

Désignée organisatrice à l’insu de son plein gré, Laurence a préparé cette randonnée : choix du parcours, organisation, réservation du véhicule, inscriptions, réservation du camping, …

Logistique:

Départ de Lyon en début de matinée, arrivée à Saint-Gilles environ 3 heures plus tard.

Nous déchargeons la remorque sous le pont de la D572N au dessus du Petit Rhône, et chargeons les kayaks pour deux bivouacs, puis déposons la remorque au camping « Crin Blanc » à proximité. La navette retour se fera en taxi.

Navigation :

C’est parti pour une première après-midi sur l’eau. Descente du Petit Rhône quasiment sans courant, entourés d’une végétation variée, dense et haute sur les berges. On croise quelques hérons et aigrettes garzettes. La mer encore à une dizaine de kilomètres, nous atterrissons sur une petite plage pour un premier bivouac, entre le fleuve et un champ de riz. Apéro puis repas partagé (préparé par Laurence). Avant de se coucher, observation du ciel étoilé.

Le lendemain matin, départ toujours sans vraiment de courant. On assiste à une scène de pêche (aux insectes ?) d’hirondelles picorant leur petit déjeuner à la surface de l’eau. Certains sont partis en mode sportif, tandis qu’à l’arrière c’est plutôt en mode contemplatif. On observe encore des hérons, aigrettes et bergeronnettes, ainsi que des poissons voltigeurs effectuant des vols paraboliques à 50 cm de la surface avant de replonger. Petit à petit la végétation change sur les rives, de plus en plus basse. Le hérons et bergeronettes laissent la place à quelques goélands, sternes et cormorans. Après un dernier méandre bien sinueux, on arrive à l’embouchure du fleuve, tout simplement, sans courant, ni houle, et sans la barre parfois observée comme indiquée dans le guide de Laurent Demai et Stéphane Paoli (50 itinéraires de kayak en Méditerranée, itinéraire no XX). Arrivés sur la mer, on tourne à droite, et cap à l’ouest. On longe alors une immense plage munie d’épis rocheux tout les 250 mètres. Certaines digues rocheuses abîmées permettent un peu de rase cailloux, ce qui atténue la monotonie de la navigation. Sur les plages, il y a d’étranges constructions en bois flotté. Après des dizaines d’épis on s’arrête pour le pique-nique au soleil. Nous lézardons un petit moment, puis nous reprenons la mer pour quelques milles avant une nouvelle pause à proximité d’étangs où nous observons des flamants roses au cours d’une petite balade à pied. Nous repartons à nouveau pour quelques milles avant de choisir un lieu de bivouac où nous nous éparpillons de la plage aux creux des dunes. Apéro, puis repas collectif préparé par Jacques et dégusté au crépuscule. Max ayant décidé de rester sur la plage à quelques mètres de la mer, on lui construit un enclos protecteur avec les kayaks !

Départ à 9h le lendemain matin dans la brume. Toujours pas de vent ni de mer. Heureusement les vaguelettes déferlant doucement le long de la plage permettent aux surfeurs de s’amuser le long du parcours jusqu’au Grau-du-Roi. Nous entrons alors dans le Grau-du-Roi via le canal en direction d’Aigues-Mortes, notre point d’arrivée. Dès que nous quittons la mer pour le canal, la brume se dissipe et nous terminons le parcours sous le soleil. Max et Sébastien se chargent de la navette en taxi pour aller récupérer le camion et la remorque au camping, laissant le temps aux autres de faire un peu de tourisme. De retour à Aigues-Mortes, chargement des kayaks rapide pour reprendre le chemin du retour. Arrivée dans la soirée sur Lyon.

En résumé :

Un parcours sans difficulté dans ces conditions, parfois un peu monotone pour la navigation, mais qui nous a permis de découvrir des paysages nouveaux. C’était aussi la première  fois que nous organisions une sortie en mer en septembre, et il faut avouer que profiter du soleil de l’arrière saison estivale sans croiser un touriste lors de la navigation est particulièrement agréable.

Categories: Actualité Randonnée Vie du club

Stage de kayak de mer à Giens, 6-9 Mai 2017

[av_textblock size= » font_color= » color= » av-medium-font-size= » av-small-font-size= » av-mini-font-size= » admin_preview_bg= »]

 

Participants : Claude, Anne-Lise, Pascale, François, Max, Patrick, Pierre S., Pierre M., Brice

Samedi 6 mai: Cigales et Carbonade

Départ du club à 8:00 pétantes par un temps maussade. Plus nous descendons vers le sud, plus le ciel s’assombrit. Arrivée au camping La Tour Fondue à 13:00 sous une bonne pluie. Nous réquisitionnons l’abri d’un bungalow pour déjeuner au sec. Et très vite le temps se calme. Le temps de repérer les lieux et de mettre les kayaks à l’eau, c’est le grand beau temps.

Balade autour du petit, puis du grand Ribaud. Première sortie en mer pour Pierre M. qui s’habitue rapidement à la houle. Traversée ensuite vers le petit Port du Niel, un des plus beaux endroits de la Presqu’île à mon goût. Puis retour vers le camping pour monter le camp au sec, juste avant l’apéro : Ricard, tapenade et pain aux noix. Pour le repas de ce soir, Patrick nous a mijoté une Carbonade flamande et son accompagnement de petites pommes de terre mousseline. Pour accompagner ce plat délicieux, un Montagne Saint Emilion et un rosé local, le Domaine de Terrebonne…. extra !

Dimanche 7 mai: Navigation aléatoire . . .

Ce matin, nous nous levons avec le soleil mais le vent d’ouest souffle fort. Nous décidons d’aller longer les côtes à l’est de la Presqu’île, en direction du Cap de l’Esterel. L’embarquement sur la plage orientale de la Tour Fondue est très calme, mais dès que nous nous retrouvons en mer, le vent forcit et la houle est déjà bien formée. Le contournement du Cap de l’Esterel est un peu impressionnant. Nous longeons les rochers, mais Anne-Lise et Claude qui sont à quelques dizaines de mètres un peu plus au large ne parviennent pas à rejoindre la côte. François quitte le groupe pour un remorquage, pendant que nous nous mettons à l’abri dans une petite anse abritée. Le temps de débarquer, nous perdons de vue nos trois comparses. Avec Pierre S., nous remontons vite sur le sentier du littoral pour essayer de les apercevoir. Au bout de longues minutes, nous pensons apercevoir des kayakistes très au large entre la Presqu’île et Porquerolles. Nous avons une grande confiance dans l’expérience de François, il a sa radio, mais l’attente est longue et nous n’avons pas pris de portable. Nous appelons finalement le CROSS (n°196) après avoir emprunté le téléphone d’un touriste mais quelques minutes après Pierre S. réussit à joindre Claude. Ouf, tout va bien, plutôt que de batailler contre le vent François a décider de mettre le cap sur l’île de Porquerolles. Sans un sou, ils réussissent à embarquer sur la navette avec les kayaks. Retour au camping et débriefing. Le vent était fort pour le niveau du groupe, mais la rade d’Hyères  est un site bien adapté et sûr pour se tester sur des conditions engagées grâce aux plages de Porquerolles qui offrent des « réchap » confortables.

Dans la soirée nous nous remettons de nos émotions intenses avec quelques goulées de breuvage alcoolisé et le répertoire étonnant de chants marins de François.

Lundi 8 mai: Porquerolles

Après une bonne nuit, lever avec le soleil, le vent s’est calmé pendant la nuit et nous allons pouvoir traverser vers Porquerolles. Après un bon petit déjeuner, embarquement sur la plage ouest de la Tour Fondue, cap sur le Grand Ribaud pour s’éloigner de la route des navettes. Puis tout droit vers la plage des Langoustiers, la houle commence à grossir et ça déferle toujours fortement sur l’ouest de Porquerolles. Nous infléchissons vers l’est, je ne suis pas vraiment serein dans cette houle, je regarde les bateaux devant moi qui s’élèvent puis disparaissent derrière les vagues … nouvelle expérience. Finalement, nous arrivons tranquillement sur la plage d’Argent dont la couleur de l’eau rappelle les plages du Pacifique. Après une bonne pause, nous reprenons la mer en direction de la plage de La Courtade où nous prenons le déjeuner. Après un petit somme au soleil, cap sur la Pointe du Lequin, puis le Cap des Mèdes et les Deux Frères, avant un retour direct vers la Tour Fondue. Super randonnée ! Soirée en chansons.

Mardi 9 mai: Les Grottes de la Presqu’île de Giens

Ce matin, c’est le grand beau temps, pas de vent et une mer calme. Conditions idéales pour aller visiter les grottes à l’ouest de la Presqu’ile, dans la Calanque de Blé. Nous longeons les côtes sud jusqu’à la plage de l’Arboussière où nous laissons Pascale un peu fatiguée de la traversée de la veille vers Porquerolles. Puis nous reprenons le cap, direction Pointe du Rabat, Pointe Escampobariou et la Calanque de Blé. Une faille sur la falaise marque l’entrée de la Grotte dont la largeur fait tout juste celle d’un kayak ! A l’intérieur on ne voit rien, mais c’est superbe ! Retour vers la Tour Fondue, nous récupérons Pascale à l’Arboussière et profitons pleinement des derniers coups de pagaies le long de ces paysages exceptionnels. Nous plions le camp sous le soleil et reprenons la route vers 15h. Arrivée au club à 20h.

[/av_textblock]

Categories: Randonnée

Rando: descente de l’Ain de Pont de Chazey à Anthon (30 avril 2016)

Sortie sans difficulté sur un parcours bien connu même si on ne le fait pas très souvent. Météo pas trop pluvieuse, température un peu fraiche, notamment au pique-nique à mi parcours, eau bien fraiche également. On est parti à 5 (Claude, Cyril, Jacques, Nicolas G et moi-même). Après avoir envisagé une descente plus longue depuis Pont-d’Ain, c’est finalement un parcours assez court qui a été choisi, parce que la météo n’était pas fameuse, et parce que l’on souhaitait rentrer avant 18h, afin de ne pas tomber dans les difficultés de circulation en raison d’un match de foot de l’OL au stade de Décines. On s’est donné rdv au ckdm à 8h30, on a posé une voiture à Anthon, puis on a continuer avec le camion jusqu’à Pont-de-Chazey. Embarquement à Pont de Chazey en fin de matinée sous le pont de la D1084. NB: Prévoir un peu de temps à Pont-de-Chazey car on pose les kayaks au niveau de l’accès aux secours de l’A42, mais il y a un petit portage à pied pour revoir la rive et le camion est à garer de l’autre côté du pont (voir mini Topo ci-dessous).

[slickr-flickr search= »sets » size= »original » set= »72157668484894906″]

Le débit consulté en début de matinée vers 7h indiquait une augmentation non prévue du débit, mais finalement le débit a baissé de 120 à 90 m3/s pendant la descente (lien pour le débit à la station de Chazey: http://www.rdbrmc.com/hydroreel2/station.php?codestation=6). Nous avons eu la rivière pour nous seuls, pas un kayak de location sur l’eau, on a juste aperçu de loin 3-4 pêcheurs. Nous avons observé plusieurs oiseaux, et notamment quelques uns que l’on voit rarement au Grand Large: des harles bievres , des hérons pourpres et une aigrette garzette. Concernant la navigation, c’était encore plus plus simple que d’habitude car avec un débit de 100 m2/s la rivière était lissée, l’eau recouvrant les quelques modestes petits rapides et drossages habituels.  Rares étaient les vaguelettes et petites veines d’eau pour jouer et s’entrainer aux bacs, stops et reprises en kayak de mer. La rivière était très « propre », sans amas de branches. A noter cependant que l’arbre qui barre la rivière est toujours présent quelques dizaines de mètres avant  la confluence avec le Rhône après le dernier virage. Avec le débit du jour il suffisait de passer tranquillement à droite et de rester dynamique pour choisir sa veine d’eau juste après. Passer à gauche (extérieur du virage) ramène sans doute sur l’arbre. Arrivée à Anthon, nous avons fait quelques bacs dans les vaguelettes avant la confluence , puis avons débarqué à Anthon. Navette: aller-retour de Anthon à Pont de Chazey pour récupérer la remorque, puis retour au club avant 18h ce qui nous a permis d’éviter la fermeture de l’accès au Grand Large pour cause de match au stade de l’OL.

Ain_Parcours_Pont_de_Chazey_Anthon

Randonnée hivernale en Méditerranée (18-20 mars 2016)

JauneGarde

Compte-rendu d’une randonnée itinérante en kayak de mer

La-Londe-des-Maures -> Giens -> Porquerolles -> Port-Cros -> La-Londe-des-Maures

Participants: Laurence, Claude, Jacques, François, Jean-Marc, Sébastien

ALBUM PHOTOS

La préparation du séjour

Le fonctionnement club nécessitant l’anticipation logistique, une sortie en Méditerranée en mars avais été prévue dès le mois de novembre. Évidemment, la météo n’est pas connue si longtemps à l’avance ! Et comme l’eau est encore bien froide et les conditions météo incertaines (risque de vent et de vagues), ce séjour hivernal est traditionnellement limité aux pagayeurs ayant l’expérience de navigations dans les vagues, avec et contre le vent, efficaces lors des récupérations, et capables de pagayer plus de 15 milles nautiques (MN) par jour.

Toute  randonnée demande de la préparation avant le départ, notamment pour la logistique (réservation camion et remorque, vérification de la remorque : roue de secours,  fonctionnement feux, élastiques et sangles, …), la nourriture, les lieux de camping ou de bivouac, les cartes, le matériel de sécurité.  Et concernant la navigation, il faut déterminer les parcours possibles selon l’évolution des prévisions météo, s’accorder sur les heures de départ de Décines, etc. Après avoir prévu initialement quatre jours de randonnée le séjour a dû être réduit à trois jours, puis il a fallu déterminer le parcours. Avec 5 randonneurs expérimentés partants, on pouvait envisager accueillir quelques kayakistes locaux pour cette randonnée, et l’invitation fut envoyée au collectif Pagayeurs du Levant avec qui nous avons déjà partagé des navigations hivernales en Méditerranée ces dernières années (Frioul, Embiez, Iles Marseille). Nous avons finalement eu le  grand plaisir de naviguer avec Jean-Marc G., kayakiste expérimenté, compagnon d’une grande sagesse, et fin connaisseur des lieux de navigation et des sites de bivouac.

Après avoir envisagé un parcours autour de Cap Camarat, puis une zone plus proche de Lyon entre le cap Sicié et Saint-Mandrier, c’est finalement un parcours à l’Est de Giens qui fût retenu après conseils de Jean-Marc et consultation des prévisions météo. Le séjour ayant été réduit à trois jours, nous avons décidé de partir le jeudi soir et dormir sur la route pour profiter de la journée du vendredi. Les prévisions météo pour la nuit étant incertaines et les températures encore fraîches, le choix de bien dormir dans une chambre d’hôtel « low cost » a été préféré à une nuit dehors.

Derniers préparatifs: En début de semaine Laurence passe une commande “drive” à partir d’une liste de menus déjà testée lors de précédentes sorties. Jacques fait l’inventaire des restes de nourriture et du matériel de sécurité. Mercredi en fin d’après-midi, nous nous retrouvons pour vérifier la remorque, vérifier les bateaux et les charger. Nous faisons aussi le point sur le matériel de sécurité, de navigation, et de bivouac.

Le trajet aller

Jeudi chacun finit sa journée de travail et le groupe se retrouve au club peu avant 20h pour un départ de Décines. Nous prenons la route, les chauffeurs se relayant jusqu’à Salon de Provence où nous nous arrêtons quelques heures pour dormir.

Après une nuit réparatrice et un bon petit déjeuner, nous repartons en pensant être sur Miramar vers 10h-10h30 d’après les indications du GPS … mais c’était sans compter sur la circulation toulonnaise ! Entre accidents, travaux, déviations et bouchons, nous retrouvons Jean-Marc avec 1h30 de retard au port de La Londe-des-Maures. Celui-ci nous conduit à un parking situé près de la capitainerie,  avec un emplacement idéal pour y laisser sereinement la remorque et le camion pendant 3 jours : juste en dessous d’une caméra de surveillance ! Nous déchargeons, préparons notre matériel, répartissons l’eau et la nourriture … et vu l’heure, nous prenons le pique-nique avant d’embarquer. 13h, nous voilà enfin sur l’eau !

[slickr-flickr tag= »RandoMars2016P » items= »1″]

La navigation

Navigation depuis le port de La Londe-des-Maures en direction de Giens. Nous longeons d’abord la côte et visitons le petit port de Port-Pothuau. On y remarque notamment la porte de l’écluse qui permet d’alimenter les marais salants. Nous faisons ensuite route directement vers le sud de la presqu’île de Giens. Après une petite pause, séance de rase-cailloux sereine au sud de la presqu’île, puis traversée vers Porquerolles en visant la Jaune Garde. Nous contournons la pointe ouest de la presqu’île. Longue pause, permettant quelques brasses de nageurs peu convaincants en criant « Whouaaa !!! Elle est bonne ! » , et une balade à pied sur l’île. Fin connaisseur des lieux, Jean-Marc nous a conduit au souterrain du Langoustier dit « le trou du Pirate », un passage en escaliers taillé dans la roche qui permet d’accéder discrètement à l’île depuis la mer.

[slickr-flickr tag= »RandoMars2016A » items= »30″]

Nous embarquons vers 8h40 samedi. La météo est ensoleillée, et la mer calme. Nous contournons de Porquerolles par la côte sud. Courte escale technique sur une petite plage, puis direction Le Gros Sarranier à l’Est de Porquerolles. De là nous entamons la traversée en prenant pour cap La Pointe du Cognet au sud-est Port-Cros, puis nous contournons l’île par la cote sud, nous remontons le long de la côte est jusqu’à la pointe de Port Man. A 13h il est vraiment temps de faire une pause ! Nous entrons dans la baie de Port Man et débarquons sur la plage au fond de la baie. Pique-nique indispensable après cette longue matinée et … sieste au soleil !

Les batteries étant rechargées, nous embarquons pour la traversée vers le continent. Nous longeons d’abord la côte nord de Port-Cros jusqu’au Rocher du Rascas, en restant à l’abri du vent pour ceux qui ont pris la route la plus pertinente (…). Puis nous faisons cap vers le Cap de Brégançon, profitant de petites vagues qui nous aident. Nous tenons ainsi compte d’une petite dérive qui nous ramène plus à l’Est, vers la Calanque de la Tripe. Claude entre à cette occasion dans le cercle des kayakistes qui font plus de 20 milles dans une journée ! En arrivant sur la plage choisie pour une pause bien méritée nous sommes surpris par l’épaisse couche de posidonie recouvrant la plage de galets blancs (certainement plus d’un mètre !).

[slickr-flickr tag= »RandoMars2016B » items= »30″]

Dimanche, le vent s’est un peu levé et le temps est plus humide. Les conditions ont néanmoins l’air plus clémentes qu’annoncées. Nous rembarquons d’abord à quatre (Jacques, François, Jean-Marc et Sébastien) pour une petite navigation en début de matinée (il est 8h20). Navigation d’abord à l’abri en direction du Cap Bénat, puis face au vent (force 2 à 3) avec pour objectif (ne demandez pas pourquoi !) l’îlot de la Fourmigue. Retour selon le même parcours mais au portant. C’est l’occasion de profiter des petites vagues d’une soixantaine de centimètres pour quelques surfs bien sympathiques (ah !!! voilà pourquoi !). Nous retrouvons ensuite Laurence et Claude en milieu de matinée, pour finir la boucle et rentrer tranquillement sur Miramar. Navigation d’abord vers le fort de Brégançon, où nous croisons bizarrement une vedette de Sea Shephered plutôt qu’un zodiac de commandos de marine. Afin de ne pas rentrer trop rapidement, nous explorons toutes les petites criques et plages de Brégançon à Miramar. Retour au point de départ en début d’après-midi où nous retrouvons les véhicules, et … des vêtements secs !

Bilan: trois superbes journées de navigation, un parcours inédit pour le groupe, environ 45 milles nautiques, une météo idéale, sur une zone peu fréquentée en ce début de printemps, du soleil, pas trop de vent ni de pluie, quelques vagues, un nouveau record de distance battu pour Claude, deux beaux bivouacs, et une rencontre avec un kayakiste local qui a partagé son expérience et sa connaissance des lieux. La sortie idéale !   

Le retour 

Après vidange des bateaux, tri des affaires, accrochage des bateaux sur la remorque, etc, nous saluons Jean-Marc et Annie puis nous reprenons la route en direction de Lyon. Les chauffeurs se relaient et nous arrivons à Décines dans la soirée. Le matériel est trié et rangé au club de nuit.  

En début de semaine, les bateaux et le petit matériel sont rincés (dessalage !) et séchés, le camion balayé.

____________________

Prochains séjours en mer :  

– Mai: Stage tout niveau en baie d’Agay

– Juin: Séjour vagues et Courants dans le Morbihan, niveau confirmés

– Août: Rassemblement 10 ans de kayakdemer.eu + randonnée à Crozon, Finistère

– Octobre: Randonnée en Corse

Categories: Actualité Randonnée

Petite sortie randonnée à Miribel (6 décembre 2015)

[av_textblock size= » font_color= » color= »]

Le compte rendu de Jocelyne (1ère sortie avec le ckdm)

Dimanche 6 décembre 2015, nous nous retrouvâmes un peu en avance pour profiter d’une belle journée ensoleillée. Nous essayons les kayaks, Eric vole le kayak de Patrick, bien malgré lui (carrure oblige), ensuite nous chargeons les kayaks sur la remorque et la voiture de Sébastien, car en fait nous serons 15 et oui quel succès.

Ensuite direction Miribel et la plage du Grand Morlet, là nous déchargeons les kayaks, nous tâtons la température de l’eau (pas si froide que cela pour la saison), puis nous embarquons et nous voilà partis.

Malgré l’époque nous croisons des nageurs, des pêcheurs, des nudistes et nous slalomons entre les avirons. Les filles du kayak double font du fractionné et des incursions dans certains méandres.

Vers midi nous nous dirigeons vers notre île mystérieuse pour une pause repas sur les galets accueillants et ensoleillés, là dégustation des merveilleux cannelés d’Anne-Lise, trop trop bon ! Puis nous repartons vers la plage du départ, car même s’il fait super beau il faut bien aller voter.

[slickr-flickr tag= »Miribel_6dec2015″ size= »original » items= »6″]

(photos: Blaise)

Ensuite nous remontons les kayaks sur le parking, et voilà que Maryvonne trouve enfin le kayak de ses rêves, ça y est c’est le 12 qu’il lui faut, donc interdiction de lui prendre, on a même faillit la laisser dans le kayak sur la remorque car lui est fait pour elle. Bon elle aurait pris froid, donc nous chargeons les kayaks et retour au club vers 14h30 il me  semble. en tout cas super ballade à Miribel avec peu de monde au parc, très belle journée et encore merci à ceux qui nous ont amené dans cette petite rando, la nouvelle que je suis a beaucoup apprécié.

Participants:

Anne-Constance, Anne-Lise, Blaise, Cédric, Eric, François, Jocelyne, Maryvonne, Patrick F., Pascale, Roland, Sébastien, Spooky, Yves, Véronique.

[/av_textblock]

[av_one_full first min_height= » vertical_alignment= » space= » custom_margin= » margin=’0px’ padding=’0px’ border= » border_color= » radius=’0px’ background_color= » src= » background_position=’top left’ background_repeat=’no-repeat’][/av_one_full]

Categories: Actualité Randonnée

CR Lyon Kayak 2015 (Rando)

D’après le compte rendu d’Anne-Lise, pour qui c’était la première sortie avec le club !

Participants : randonneurs  Stéphanie, Claude, Pierre, Lise, Hélène, Sylvette, Nathalie, Anne-Lise + Gérard (CKTSV) + Didier et Véronique avec le groupe handisport Rhône-Alpin

Après que l’idée de la Lyon Kayak ait été soulevée par diverses personnes du club, nouveaux et anciens, il fut finalement décidé d’y participer. C’est donc par une froide matinée d’automne qu’un petit groupe d’une dizaine de pagayeurs s’est retrouvé au club pour charger les bateaux et prendre la direction de Rochetaillée sur Saône, en guettant avec espoir une possible éclaircie à travers les nuages qui feraient repasser la température « d’hivernale » à « automnale ».

Arrivés sur place, nous préparons nos embarcations, Stéphanie enfile son déguisement fait par ses propres soins et convainc le reste de la troupe d’arborer fièrement les couleurs du club en se maquillant avec les initiales du CKDM. Une fois tout le monde embarqué sans encombres, nous remontons jusqu’à nos collègues du groupe handisport puis attendons patiemment le départ en essayant de ne pas nous faire heurter par les diverses embarcations plus ou moins bien manœuvrées qui circulent sur l’eau. Malheureusement pour Nathalie, une troupe de pirates visiblement totalement ineptes en matière de navigation à bord d’un C9 tente de prouver que les sit-on-tops ne sont pas aussi insubmersibles qu’on voudrait le croire – premier (et unique ?) dessalage de la descente suite donc à ce violent sabordage, qui permettra à Nathalie de tester l’étanchéité d’un k-way de kayak. Malgré tout, notre valeureuse pagayeuse garde le sourire.

Le signal du départ donné, nous laissons filer les pros de course en ligne mais nous dépêchons de partir avant que le joyeux bazar des kayaks de locations ne nous rejoigne. Nos louables intentions de rester groupés se révèlent vite irréalistes, le groupe se scinde en deux et ne se retrouvera qu’à l’arrivée. Après quelques kilomètres de descente parmi la végétation sous les nuages, le ciel se découvre enfin et les températures redeviennent agréables. Le reste de la descente du groupe de tête est animé par la plus jeune kayakiste du groupe, qui fait coucou à tous les badauds agglutinés sur les ponts et s’occupe de l’animation musicale a capella. Le déguisement de Stéphanie reçoit de nombreux compliments bien mérités et sert d’amorce de conversation avec les kayakistes et paddlers (ou SUPers ?) qui font « route » (enfin rivière – existe-t-il une expression appropriée ?), avec nous. Les termes techniques me faisant défaut, le récit du reste de la traversée sera bref – elle se fait dans la bonne humeur et sans encombre, bien aidés par le courant qui nous laisse à peine le temps d’admirer les quais depuis nos embarcations avant d’arriver à Confluence. Nous finissons donc en un peu moins de deux heures et sans courbatures. Petit pique-nique agrémenté de sieste et bronzage pour certains (surtout ne pas oublier d’enlever le maquillage sur le visage avant de vouloir bronzer !), puis chargement de la remorque pour le retour sur Décines, avec au passage poignée de main avec Gérard Collomb pour ceux qui ont l’œil et ont repéré l’arrivée discrète de sa voiture officielle.

Ce fut une bien belle première sortie pour les nouveaux membres du club, et une balade agréable pour les habitués.

Categories: Actualité Randonnée Vie du club