Relatif à l’école de pagaie

Coupe des jeunes de slalom à Miribel-Jonage

Le dimanche 18 juin 2017, le club de kayak de Vaulx-en-Velin (SVVV) organisait une coupe des jeunes de slalom sur le lac de Miribel-Jonage.

Adel, Arthur, Julien, Léo et Yanis embarquaient donc pour franchir des portes vertes dans le sens de la descente et d’autres (rouges) dans le sens de la remontée.

Les plus grands, Arthur et Julien, concourraient dans une autre embarcation : le canoë. Le parcours était le même, seules la position (à genoux) et la pagaie (simple) changeaient.

Résultats :

En poussin Léo gagne la course !!

En benjamin, les frères Adel et Yanis terminent aux 7e et 10e places.

En minime, Julien prend la 4e place (3e en canoé)

et en cadet, Arthur arrive 2e (également 2e en canoé)

 

 

Kajakwochenende in der Haute Savoie 20 -21 Mai 2017 – International CKDM

Le weekend du 20 et 21 mai 2017, l’école de pagaie adulte se rend en Haute Savoie pour 2 journées riches en navigation. Au programme, le Fier, le Giffre et le Chéran. Sur cette dernière, nous serons rejoints par autre groupe du club dans le cadre de la journée club. C’est à 25 personnes que nous descendrons le Chéran! Nous remercions Thérésa pour ce contre rendu du weekend en Allemand! 

Tag 1, Samstag

8 Uhr 30 und ein ganzes Wochenende voller Kajakabenteuer steht vor uns! Die Autos werden geladen, noch schnell fehlendes Material aus den Vereinshallen ergänzt, bevor es mit dem Bus und insgesamt 12 Personen auf die Autobahn diesmal in Richtung Savoie geht. Das erste Ziel ist die Fier, ein Fluss der Voralpen. Ich bin schon ein bisschen nervös, schließlich sitze ich zum ersten Mal alleine in einem Kajak. Trotz anfänglicher Skepsis verliefen erst einmal alle Passagen ohne Stürze, weder bei mir noch bei den Anderen. Leider fehlt der Fier ein bisschen Wasser, weshalb zumindest mein Kajak an einigen Steinen hängen bleibt. Zu langsam das Kajak gesteuert und plumps, ich kippe ins Wasser. Dank meiner tollen Mitfahrer, die mein Kajak und mich gleich mit auffangen, ist es aber auch mal, muss ich sagen, eine schöne Erfahrung die Passage im Wasser zu erleben. Zu kalt ist das Wasser zum Glück nicht. Wir erreichen unseren Ankunftspunkt, eine super, 8 Kilometer lange Kajakstrecke liegt hinter uns, zu empfehlen gerade für Anfänger! Während die Kajakprofis schon die nächsten Pläne für die Strecke am Abend schmieden, beiße ich erstmal in meine Butterstulle, ich weiß, das ist typisch deutsch… Auf jeden Fall geht es mit unserem kleinen Bus weiter zum zweiten Tagesziel: Die Giffre. Für mich erst einmal ein unbekannter Fleck. Ein paar von uns wagen sich noch am späten Abend auf den Fluss. Mit Pascal zusammen breche ich auf, um einen nahegelegenen Stelle zum Campen zu suchen, an der wir unser Lage aufbauen können. Lecker ist das Essen auf jeden Fall! Pascal hat noch am Vortag Huhn mit Reis vorbereitet, das nur noch aufgewärmt werden muss.

Tag 2, Sonntag

sehr früh am Morgen. Nach einer doch kalten Nacht krieche ich aus meinen Zelt und muss feststellen, dass schon Baguette geholt und das Geschirr des Vorabends gewaschen ist. Hammerstark! Bei einem Marmeladenbrot und einer Tasse instant Kaffee erfahre ich, dass wir neben der eigentlich für den Vereinstag geplanten Schlucht, der Cheran, doch noch einmal 5 Kilometer auf der Giffre unterwegs sein werden. Blaise und JS starten schon 1 Kilometer vorher. Ich vertraue bei dieser Einschätzung vollends auf die Anderen. Resultat: Super tolle Natur zum Bestaunen, ich bin drei Mal ins Wasser gekippt, aber wir hatten viel Spaß. Das ist das Wichtigste.

Heute ist Vereinstag! Das heißt, alle Kajakfahrer aus allen Disziplinen kommen für einen gemeinsamen Paddelausflug zusammen.  Wie geplant geht es für uns nach der Giffre weiter zu den Schluchten der Cheran, wo wir auf die restlichen Kajakfahrer treffen. Alle waren mit dabei Kinder und Erwachsene. Auf der 8 Kilometer langen Strecke werden Wasserfälle bestaunt und rasante Abfahrten genossen. Dabei stehlen vor allem die Kinder den Erwachsenen die Show: Mutig und selbstsicher nehmen sie jede Passage in Angriff. Am späten Nachmittag sind wir aber auch mit dieser Strecke fertig. Gemeinsam werden Kajaks verstaut und zurück geht es zur Vereinsbasis nach Décines.

Ein tolles und ereignisreiches Wochenende geht zu Ende. Ein großes Dankeschön an alle Beteiligten, die mit ihrer Lebensfreude und ihrer Erfahrung dieses Kajakwochenende positiv bereichert haben.

Un grand merci à tous les participants qui ont enrichit ce weekend de kayak avec leur enthousiasme pour ce sport et leur expérience. Merci pour cette expérience.

Ecole de pagaie pour les adultes

NOUVEAUTÉ 2017 !!

En partenariat avec le Club de Villeurbanne, le CKTSV, nous proposons une école de pagaie pour les adultes! Encadré par un moniteur, nous accompagnons les débutants souhaitant progresser en eau vive en proposant des acheterdufrance.com séances régulières en bassin et des sorties adaptées. Retrouvez les dates de ces séances sur notre calendrier 2017 ou en visitant la page de l’école de pagaie adulte. 

Les beaux jours sont là et notre école de pagaie est lancée! Débutant ou initié, poloïste ou randonneur, nous vous invitons à participer à des séances en bassin artificiel et rivière naturelle le weekend et à découvrir ou vous perfectionner dans d’autres supports le mardi soir et quelques mercredi soir. Au programme, de l’initiation et du perfectionnement à Saint Pierre de Boeuf, des rivières écoles dans les Alpes et Bourgogne, du bateau de descente sur le Grand Large, et ses alentours, de l’initiation au slalom et au freestyle en eau calme, 2 séances d’esquimautage et un atelier sécurité. Pour y participer, c’est simple, inscription sur le doodle pour les adhérents du club.

Pour toute information complémentaire, contactez Blaise au 06 29 22 64 90

 

 

Stage jeunes « sur les traces du Var » … 17 au 20 avril 2017

Lundi 17 Avril – écrit par Blaise

Départ du CKDM vers 9h00. Nous prenons la direction des Alpes du sud pour un stage de 4 jours dans la vallée du Var. Nous sommes 12 jeunes venus de 3 clubs différents dans le département du Rhône : Yanis, Céleste, Erwan, Nikoloz, Aurore, Thomas, Rosalie, Lily, Léo, Baptiste, Romane et Matisse.  Nous sommes encadrés par 3 adultes qui travaillent pour les clubs du CKDM et SVV : Noé, Abel et Blaise.

La route est longue, mais nous arrivons finalement à bon port, dans le joli village d’Entrevaux avec sa belle citadelle Vauban qui le surplombe. Après le pique-nique, nous avons tous hâte d’embarquer et naviguer sur le Var en cette belle journée ensoleillée. Le parcours n’est pas exceptionnellement difficile, mais pour beaucoup, c’est une première expérience en rivière naturelle et cette première journée sera marquée par de nombreux bains ! Notre parcours commence à Entrevaux et se finit à proximité de Puget-Théniers.

Le soir nous rejoignons le camping, où un bon repas préparé par Isabelle, une restauratrice locale, nous attend. Montage de tentes dans la nuit, puis au lit pour un repos bien mérité !

Mardi 18 avril – écrit par Rosalie

En ce mardi ensoleillé, nous prenons un bon petit déjeuner improvisé avec ce que nous avions dans la malle d’Abel !  Après avoir fait sécher nos affaires et fait quelques courses pour la suite du séjour, nous partons en fin de matinée pour 10 km de navigation sur le Var de Touët à Malaussène. La navigation s’est bien mieux déroulée que celle de la veille, si bien que certains ont prolongé le plaisir jusqu’à la confluence de la Tinée, ce qui nous a permis de traverser des somptueuses gorges. Nous sommes arrivés à bon port malgré quelques personnes qui se sont retournées pendant la descente. Nous sommes rentrés au camping vers 17h30 pour le groupe qui s’est arrêté et vers 18h15 pour celui qui a continué. Nous avons ensuite pris nos douches puis nous avons mangé le repas gentiment préparé par Isabelle. Nous regagnons nos tentes vers 22 heures.

 

Mercredi 19 avril – écrit par Aurore

Le mercredi matin, une sortie facultative est proposée, à laquelle je participe (Aurore). Nous partons donc aux environs de 9h du camping, après avoir déjeuné, et nous nous rendons dans les gorges de Daluis, une vallée encadrée par des falaises abruptes de roches rouges, (contrairement au reste de la région où la majorité de la roche est grise blanche) et entre ces deux parois serpente le Var dont les eaux rapides sont d’un bleu très clair. C’est ici que nous naviguons, entre le village de Guillaume et le village de Daluis. Le parcours est magnifique et le soleil est au rendez-vous. Heureusement car il fait très froid ce matin-là !  Nous descendons des rapides de classe 2 et 3 pour traverser l’ensemble des gorges. Le parcours est plus mouvementé pour certains que pour d’autres … Pour moi qui suis peu expérimentée en kayak, je me suis retournée deux fois : une fois dans des rapides et la deuxième fois, je n’avais pas assez anticipé pour tourner donc le courant m’a poussée sur une paroi. Après avoir rejoint une berge, nous avons tous continué et nous nous sommes arrêtés à mi-parcours à la cascade de l’amen pour nous reposer et nous réchauffer un moment. C’est l’occasion de faire une photo de groupe au pied de la cascade pour immortaliser le moment.

En fin de parcours un passage plus difficile nous attend : le rapide de l’éboulis que certains ont contourné. A l’arrivée nous sommes tous plus ou moins fatigués et mouillés, mais le sourire aux lèvres car c’était une expérience fantastique. Après s’être changés, nous retournons au camping pour retrouver le reste du groupe.

Pendant ce temps, le reste du groupe a fait un tour sur le lac du camping et exploré la petite île. Nous mangeons des sandwichs et repartons pour le parcours de l’après-midi sur le Var de Puget-Théniers à Touët sur Var. Ce parcours-là m’a semblé plus simple après Daluis, mais il était tout de même bien mouvementé et je me suis retournée au démarrage … La suite du parcours a également été fatale pour quelques apprentis kayakistes !  Mais le paysage est toujours magnifique et les sensations lors de la descente énormes ! Le temps s’est couvert vers la fin de parcours et il y avait alors un peu plus de vent. Puis lorsque nous rangions les bateaux il s’est mis à pleuvoir.

Pour le repas du soir nous dînons dans une ferme sur la route d’Entrevaux, chez les restaurateurs qui préparaient nos repas : c’était très bon et l’ambiance était très conviviale. Nous sommes ensuite rentrés au camping et après un petit temps libre nous sommes allés nous coucher.

Jeudi 20 avril – écrit par Blaise

C’est le jour du départ. Au programme, rangement, nettoyage du camp et pliage de tente ! Certains sont déjà des experts du camping et manient la tente avec brio. Pour d’autres, il y a encore beaucoup à apprendre et ces stages ne sont pas formateurs que pour la partie navigation ! Nous quittons finalement le camp vers 11h30 et nous prenons la triste et sage décision de ne pas naviguer sur le Haut-Verdon pour éviter de rentrer trop tard sur Lyon. Mais ce n’est que partie remise et nous reviendrons bien un de ces jours pour découvrir le chouette parcours des Gorges de Font Gaillarde où coule le Verdon, section également connue pour son autre nom : la descente des 1000 drossages.

Nous faisons tout de même une halte au niveau du lac de Castillon pour prendre un dernier pique-nique tous ensemble, dans un cadre encore une fois magnifique. La couleur de l’eau étonne les enfants. Abel nous quitte ici, après le repas et l’ensemble du groupe le remercie.

Nous arrivons sur Lyon aux alentours de 18h00, nous nous disons au revoir, le sourire aux lèvres et les souvenirs plein la tête.

TO BE CONTINUED ….

L’école de pagaie aux sports d’hivers

En hivers, le kayak c’est sympa mais bon …. le ski c’est bien aussi! Direction La Grave, village que nous connaissons en été puisque nous naviguons sur la Romanche. Nous partons à la découverte de ce lieu emblématique des Hautes Alpes dans un décor très hivernal pour y pratiquer diverses activités de sports d’hivers! Voici le contre rendu du séjour écrit par les enfants de l’école de pagaie!

Lundi 27 février 2017

Nous avions rendez-vous au CKDM. On s’est directement changé en tenue … de ski (et pas en tenue de kayak pour une fois !) et nous voilà partis en direction de la Grave avec à bord Arthur, Camille, Jules, Matisse, Romane et Blaise.

Sur la route, nous nous sommes arrêtés à une station de ski : l’Alpe du Grand Serre. Nous sommes allés skié et on a fait des pistes et des bosses ! On a eu de la chance car on a eu un magnifique soleil. Bref c’était super cool !

Ensuite, il fallait bien manger, donc nous sommes allés faire quelques courses au supermarché pour nos pique-niques. Puis, on est enfin arrivé au gîte ! On s’est réparti dans les deux chambres, une pour les garçons, une pour les filles ! Les repas étaient préparés par Simon, le chef cuisinier du gîte. Ce soir-là, nous avons mangé une très bonne soupe, un bon plat et un délicieux gâteau aux myrtilles. Avant d’aller se coucher, nous avons fait une partie de Dixit et on s’est bien marré.

Mardi 28 février 2017

Nous sommes partis de la Grave pour aller à Villars d’Arène. Puis là-bas, nous avons loué des skis de fond de skating pour Jules, Arthur et Blaise, et des skis de fond classiques pour Matisse, Romane et Camille. Quelques minutes plus tard, nous voilà arrivé au parcours, on chausse difficilement ces drôles de ski et on part à l’aventure !

Pour nous qui faisions du classique, il n’y avait pas de rails ce jour-là à cause de la poudreuse ! Oui il a fortement neigé ce mardi ! Nous avons mangé au chaud dans un petit restaurant au fond de la vallée de la Romanche à Arsine, puis nous avons testé l’Arva, qui permet de retrouver des personnes ensevelies sous les avalanches ! C’est plus compliqué que je l’imaginais. Puis déjà repartis que la fatigue commence à se faire ressentir pour certains. Quelques heures plus tard, nous étions rentrés au gîte avec un repas bien mérité !

Mercredi 01 mars 2017

Il a neigé toute la nuit ! Aujourd’hui, nous partons skier au Chazelet, petite station sur le versant sud au-dessus de la Grave. La journée s’annonce bonne, mais malheuseusement nous ratons la navette qui devait nous emmener à la station ! La route enneigée ne nous permet pas de prendre notre minibus, du coup nous partons faire une petite promenade dans la poudreuse en attendant que la route soit praticable. Evidemment, la promenade le long de la Romanche et de son passage 5, se transforme vite en bataille de boules de neige !

Vers 11 heure, nous prenons le véhicule et montons à la petite station. Super journée dans la neige fraîche puisque aucune piste n’est damée… Vers 15h00, Camille, Romane et Matisse sont épuisés et ils rentrent avec Blaise au chalet. Pendant ce temps, Jules et Arthur continuent à skier jusqu’à la dernière minute pour en profiter au maximum : ce n’est pas tous les jours que nous avons de telles conditions : poudreuse et soleil.

Le soir, une nouvelle fois, Simon nous régale par un bon repas, tandis que la neige se remet à tomber … Cela promet pour demain … aux 2 Alpes !

Jeudi 2 mars cialisfrance24.com 2017

Nous avons pris notre temps le matin, nous avons pris le petit déjeuner et nous nous sommes préparé pour partir à 10 heure. Nous sommes allés à la station des 2 Alpes. Une fois arrivé à destination Blaise et Romane sont allés chercher les forfaits et les skis de Romane. En attendant, les autres ont fait une petite bataille de boules de neige et à leur retour nous avons pique niqué.

Ensuite nous sommes partis sur les pistes avec une super neige. Nous sommes allés prendre une télécabine et un métro très original qui nous rappelle Lyon. Nous avons pu profiter du haut de la station avec des bonnes pistes. Nous avons trouvé des belles bosses dignes de ce nom avec quelques chutes à la réception.

 

 

Après cette magnifique journée il a fallu rentré, tout le monde était bien fatigué et on a profité de la soirée pour faire un loup garou entre nous et deux filles du gîte. Pendant cette partie Cupidon à formé un couple Arthur ❤ Alex qui se sont aimés.

Vendredi 3 mars 2017

Même s’il a beaucoup neigé cette semaine, il fait très chaud et cela fond vite ! Romane, Camille et Matisse sont un peu fatigués du séjour et nous profitons donc de cette dernière journée pour faire une « petite grasse matinée ». Les petits déjeuners sont toujours bien garnis avec fruits, pain, confiture, Nutella, fromage, jambon, œuf, gâteau, jus de fruit, chocolat chaud, café ….  Bref on est vraiment bien accueilli chez Simon !

Nous quittons le gîte vers 12h00 après avoir salué toute l’équipe qui nous a reçu, puis direction Décines et son Grand Large, où nous nous équiperons, une fois n’est pas coutume, en tenue de kayakiste pour faire une petite partie de kayak polo sous le soleil hivernal !

17h00, c’est la fin du stage, les parents arrivent pendant que nous jouons au foot.

Finalement, en hivers aussi on s’amuse bien à l’école de pagaie ! Vivement 2018 !

 

Reprise en douceur pour l’école de pagaie en 2017 !

L’école de pagaie du CKDM vous souhaite une bonne année 2017!

Pour entamer cette nouvelle année, une très bonne résolution: pas de kayak quand les températures sont négatives! Cela ne nous empêche pas de faire du sport de pleine nature et de nous amuser. Direction le parc de Miribel, non pas en kayak, mais en VTT!  Ce mercredi 4 janvier 2017, nous sommes donc un bon groupe à nous armer d’un casque, de gants et d’un vélo pour nous amuser à travers le très beau parc de Miribel, à proximité de notre club. 

Au programme de cette journée hivernale, du VTT à travers les chemins, mais également de l’escalade sur le bloc de Miribel! 11 enfants ont participé à cette sortie. Un grand bravo à Ethan, 7 ans, qui malgré son tout petit vélo s’est bien accroché pour suivre le groupe !

Sortie à Sault-Brenaz : on a fait d’une pierre deux coups

Cette semaine, nous partîmes à Sault-Brenaz et délaissâmes donc St-Pierre

d’un coup.

Heureusement, nous reçûmes de deux pères un coup (de main).

En effet (ou effectivement), nous avons trouvé ces deux pères qui font la paire, le premier (Vincent) resta en bas avec Camille, Léo, Julie et Matisse (qui après un scénario très complexe avait réussi à récupérer un bateau), tandis que le second (Nicolas, alias « le futur président ») découvrait pour la toute première fois les joies du slalom.

En haut, Arthur et Lucas impressionnaient leurs aînés (à savoir : Alessandra, Alexandre, Rémi et enfin Nicolas, doyen mais néanmoins novice slalomeur) par leur aisance et leur lecture de la rivière .

Après avoir épuisé le potentiel kayakistique du bas du bassin, le premier groupe rejoignit le premier et c’était parti pour une session endiablée de décalés, qui malgré leur apparence simpliste, causèrent beaucoup de soucis cuanto cuesta el viagra à Julie et son petit papa.

Rejoint par un autre groupe de Décinois (de la rivière) au passage désigné des fois (oups, parfois) comme « le S technique » mais qui mériterait d’être définitivement baptisé (comme tous les autres rapides de Sault-Brenaz d’ailleurs), le groupe décida de sauter le pas en franchissant la chute. Encore une fois, Lucas impressionna par son aisance en eaux-vives et Julie réussit son esquimautage.

Nos valeureux athlètes débarquèrent enfin, profitèrent du goûter gentiment confectionné par Lucas avant de se lancer dans une folle bataille de boules végétales.

L’histoire s’acheva sur un retour par la mythique route nationale reliant Sault-Brenaz à Décines, souvent méprisée à tort par les kayakistes néophytes, bien appréciée par contre (oups, « en revanche ») des vieux roublards qui en profitèrent pour enseigner cette trajectoire aux deux pères, qui ont rendu cette journée inoubliable tout en se faisant plaisir, comme le soulignera Nicolas « Ce matin, c’était vraiment chouette ! Avec le slalom, j’ai découvert ma voie et je pense que j’accompagnerai à nouveau ma petite Julie le samedi matin ; ça c’est sûr, je reviendrai ! », sous le regard approbateur de Vincent, supplié de revenir par ses enfants (Camille et Arthur).

 

 

Résurrection de la section slalom

14199416_10209104972694485_8735646699540729529_n

Qu’ils étaient beaux nos 5 petits slalomeurs, à s’entraîner sur le bassin artificiel de St-Pierre de Boeuf, dit du « Pilat Rhodanien ». Après la frustration d’avoir regardé la finale des jeux olympiques à la maison, alors qu’ils auraient dû y participer (non-sélectionnés, sûrement en raison d’une règle absurde inventée par les grands pontes de la ffck) nos valeureux athlètes avaient besoin de souffler, afin de tourner la page.

Un mois d’Août dont ils ont donc bien profité, pour se ressourcer, faire le vide, une manière de se retrouver face à soi-même en somme.

Tout requinqué, après une paire de saisons passées dans l’ombre, Théo[le petit bonhomme en vert sur la photo, 2e en partant de la gauche], « le revenant », ou encore « la Gaille » comme ses amis l’appellent, retrouve donc les joies de l’entraînement, ainsi que ses sensations en eaux-vives. Puis allez, je ne résiste plus à l’envie de le citer : « ça fait tout drôle de tirer sur la pagaie à nouveau, je fais mes stop et mes reprises avec d’autant plus de volonté que j’ai été tenu écarté des bassins pendant mes trois années de médecine ! ».

Toutefois, dans l’excitation (ou alors parce qu’il avait trop insisté sur la préparation en salle), ce brave Théophile a brisé sa pagaie sur un appui trop puissant -comme souvent-  :  » c’est pas la première et loin d’être la dernière à casser comme ça. Ralala, toutes les mêmes, qu’elles soient ardéchoises ou slovaques, elles sont toujours trop fragiles ! Et trop chères !  »

Nous suivons tous l’aventure, en espérant que cet incident ne freinera pas « le revenant » dans sa préparation qui le mènera à Tokyo, où se joueront dans un peu moins de 4 ans les futurs jeux olympiques. Rappelons tout de même qu’avant cela, l’ambitieux amateur devra franchir de nombreux paliers, N3, N2, N1 puis les piges, mais ceci ne sera vraisemblablement qu’une formalité. (Sauf si pour cela il doit pagayer à mains nues, évidemment)

D’autant que la concurrence apportée par notre espoir, le jeune Arthur [casque jaune, au centre] le poussera sûrement dans ses derniers retranchements.  » J’ai hâte que les entraînements redeviennent réguliers, car j’aimerais tellement progresser sur les chicanes et mes stop circulaires ! ». Ah, qu’elle est belle, l’innocence de la jeunesse ! Symbole d’une relève qui bénéficiera du talent de ses aînés – essentiellement Thomas et Alexandre – Arthur fait part de son engouement pour la saison à venir, riche de conseils promulgués par ses mentors, lors des agréables séances du samedi matin (RDV 8h30, et à partir d’aujourd’hui c’est régulier).

Que dire encore de Lise [la petite à gauche], qui se jette sur les traces de Théo, ou encore d’Alessandra, indéboulonnable vétérante ?

Cette fois c’est sûr, même s’il ne faut pas vendre la peau de l’ours, on ne voit pas bien comment la flamme du slalom pourrait s’éteindre dans le cœur de nos compères du CKDM ! [avant de l’avoir tué, bon sang]

Tout ça pour dire (même si c’est déjà fait, mais il y a peut-être besoin de filtrer la vraie info des fioritures), les entraînements ont lieu le samedi matin, à St-Pierre ou Sault-Brenaz (parfois dénommé »Isle de la Serre »,sans raison valable), le rendez-vous est à 8h30, on ne vise pas l’or aux JO, mais on fait de notre mieux !