Relatif à la section Randonée

la Dordogne du 30 juin au 7 juillet 2012

La sortie phare de cette saison était un séjour en autonomie sur la Dordogne du 30 juin au 7 juillet. La préparation de cette sortie a motivé les participants à pratiquer régulièrement tout au long de l’année et à s’initier à la petite eau vive en kayak de mer, notamment lors de deux sorties sur l’Ain (23 octobre et 23 juin).

Neufs personnes, valides ou handicapées, ont participé à cette sortie qui s’est parfaitement bien déroulée. Pour la plupart il s’agissait de leur première randonnée en autonomie, et la moitié des participants étaient des débutants inscrits depuis moins d’un an au club. Tous ont énormément apprécié ce séjour, et ont beaucoup gagné en aisance et en autonomie.

Compte Rendu Marathon du Haut Rhône le 3 juin 2012

Compte-rendu du Marathon du Haut-Rhône le (3 juin 2012) par Véronique :

La Chanazyenne ou Marathon du Haut Rhône. C’est une course de Canoé-Kayak entre soit Seysel et Yenne (33 kms) soit entre Chanaz et Yenne (15 kms). Le groupe « Handi » s’est inscrit sur la section de 15 kms. Suite un appel au secours auprès des randonneurs du  club pour trouver un partenaire, Emmanuel s’est proposé de faire la course avec moi, nous avons donc participé en K2. Après un briefing explicatif et un faux départ presque collectif, nous nous sommes lancés à l’assaut de cette rivière en espérant faire le parcours sans fausse note. A peine partis à 1,100 km, il y a un premier portage, je suis restée dans le bateau, Emmanuel, Romain et des bénévoles nous ont aidé à franchir ce passage délicat. Mais puisqu’on est là, faut en profiter pour réviser notre connaissance de la nature, non ??? Tout de suite après ce portage nous avons fait une étude des bancs de sables, puis des bancs de cailloux du Rhône. Un peu plus tard au seuil de Fournier, nous « avons décidé » de voir ce qui se passe sous l’eau !! Le dessus c’est bien, mais y a quoi dessous ??? Bon là dommage, le bateau a cassé, j’ai perdu ma pagaie etc !! heureusement un participant est venu à ma rescousse en récupérant ma pagaie, et la sécurité m’a raccompagnée jusqu’à la berge pour que je puisse remonter dans l’embarcation. Emmanuel lui s’est chargé de récupérer le bateau et de le vider. Une pluie fine mais constante s’est invitée. Nous avons terminé le parcours avec le seuil de Lucey mais cette fois comme nous avions compris les instructions nous sommes passés sans encombre pour arriver à Yenne en un peu plus d’1H30. Un vol de cygne a accompagné notre arrivée, c’était magnifique !!!

Bonne ambiance, j’ai adoré, c’est à refaire !!!!!!!!

 

CR Sortie Léman du 5-8 Mai 2012

Sept inscrits pour un séjour kayak de 4 jours le week-end du 5 au 8 Mai 2012 (Claude, Véronique, Brigitte, Emmanuelle, Didier, Nicolas, Sébastien).

Jour 1:

Rendez-vous au club de bonne heure, chargement des bateaux sur la remorque, camion chargé comme si nous partions pour une expédition de 2 semaines, et départ vers le Léman côté français. Arrivée le midi au camping d’Excevenex. Pique-nique au soleil, puis on pose nos affaires dans les 2 bungalows. Et balade l’après-midi, en direction d’Yvoire. Le temps est un certain, ciel bien gris se charge et le vent se lève petit à petit. Juste avant Yvoire, le vent forcit et le ciel s’assombrit encore. Sentant la dégradation arriver, nous faisons demi tour pour rentrer au camping. Le vent forcit encore, et s’oriente de face. Pratique pour garder le cap, mais nous avançons couchés sur le pont avant, pagaie à la surface de l’eau afin pour éviter d’être déséquilibré, on gagne mètre par mètre et reculons à chaque pause. La pluie s’invite histoire de rendre la situation plus confortable … Retour assez tôt au camping, mais bien fatigué tout de même. L’apéro et le festin qui suit nous paraît mérité !

Jour 2:

Départ en milieu de matinée pour la journée, vers l’est en direction de Thonon. Météo prévue variable. Le matin, beau temps, navigation tranquille. Pique-nique au Soleil. Le ciel se couvre à l’ouest, on décide de revenir en direction du camping, mais le temps se dégrade, pas de pluie mais un vent de face, assez fort, et de petites vagues. Le groupe progresse lentement en essayant de garder le cap, c’est un peu éprouvant pour ceux qui n’ont pas l’habitude de ces conditions marines. Une fois à l’abri du vent, un groupe décide de rentrer en prenant le temps de faire des exercices techniques sur la plage, les autres continuent vers Yvoire, afin de reconnaitre les terrasses du fameux village. Retour au camping par beau temps. C’est le soir des élections présidentielles, il semblent que certains espèrent que le changement soit maintenant … 20h, à l’apéro, … le changement c’est effectivement maintenant ! Profitons-en pour festoyer un peu !

Jour 3:

Objectif: visiter l’arrivée du Rhône au bout du Léman. Départ en camion en début de matinée, direction Saint-Gingolphe. Pose du camion et de la remorque à l’entrée de Saint-Gingolphe après un demi tour suspect devant les douaniers suisses, déchargement et mise à l’eau. Navigation par beau temps, en longeant la rive du lac. pique-nique vers Villeneuve, au lieu dit « la Bretagne » (!). Impossible de remonter le vieux Rhône en raison du travail d’une dragueuse à l’embouchure. Nous continuons dans le canton de Vaud et entrons dans un bras situé entre le vieux Rhône et le grand canal, pour une balade ombragée dans les bois, dépaysant ! Retour direct en prenant Saint-Gingolphe pour cap, au soleil et sans vent. Chargement des bateau et retour au camping.

Jour 4:

Pendant qu’une fée du logis décide de rester à l’ombre, les six autres décident d’aller visiter (enfin) Yvoire. Belle balade au soleil en kayak, promenade à pied en tenue un peu négligée dans les rues d’Yvoire, et retour en début d’après-midi. Pique-Nique sur le pouce, chargement du camion et on repart vers Lyon en évitant les bouchons.

Au final, c’était un beau week-end de kayak en version confort (logement en dur, succulents repas très copieux préparés par Véro avant de partir). Ceux qui aiment la pluie comme ceux qui aiment le soleil en ont eu pour leur compte, et ceux qui espéraient le changement l’ont eu !

Inoubliable Allier

Quatre randonneurs ont répondu présent pour cette sortie de 3 jours en autonomie sur l’Allier, le weekend de la Pentecôte. Renseignements pris, une météo correcte et un niveau d’eau assez élevé  mais en baisse (la cote passe de 1 m vendredi en fin de journée à 88 cm à l’échelle de Vieille-Brioude samedi soir), rendent l’Allier navigable. L’objectif est de descendre de Langeac à Brioude par une quarantaine de kilomètres de méandres serpentant dans des gorges sur une des plus belles rivières du Massif central.
Samedi – Arrivée à Langeac en fin de matinée et mise à l’eau vers 15h. Nous comprenons très vite que cette rivière exigera de nous un bon niveau de navigation car le courant est vif. Drossages, contre-courants, portefeuilles, marmites sont des termes qui n’ont plus de secret pour nous ! Nous naviguons avec prudence, multiplions les stops afin de prendre le temps de lire la rivière, et de prendre le courant comme il faut. Un premier portage s’avère nécessaire quelques km après Langeac pour contourner un barrage-seuil. Nous n’oserons pas franchir la glissière en raison de mouvements d’eau vraiment vicieux à l’arrivée. A 17 h, arrêt bivouac au bord de l’eau en rive droite, quelques centaines de mètres en aval d’une impressionnante falaise de basalte, dans un petit bois de rêve. Petite balade avant le coucher, précipitée par la pluie qui a eu la bonne idée d’attendre la nuit pour tomber.
Dimanche – Les oiseaux nous réveillent vers 8h.  Sur l’eau à 10h30. Surprise : l’eau a changé de couleur, l’Allier est d’un beau marron profond. Le niveau a monté d’une vingtaine de cm dans la nuit. On reprend la navigation. Deuxième portage dans un pré pour passer un seuil juste après Chilhac. Ensuite,  rapides puissants et planiols trop brefs se succèdent  jusqu’à 16 h. Nous ne prolongerons pas davantage la descente dans l’après-midi car les conditions sont assez éprouvantes ; il faut savoir recharger les batteries et être prudents. Belle soirée, là encore, nous plantons le camp 2 km environ en amont de Saint-Ilpize, dans une prairie surplombée d’anciennes cultures en terrasses envahies par la lande. Nous partons à pied refaire nos réserves d’eau au village de Chazieux, nous discutons avec les gens du coin, et nous reprenons des forces pour le troisième et dernier jour de navigation. Nuit paisible.
Lundi Lever  peu avant 8h. On plie le tarp (ah ah ! vous ne savez pas ce qu’est un tarp !), on remplit les caissons des kayaks et on embarque avant 10h.  Les paysages sont superbes, cette rivière est magnifique. Mais elle nous met à l’épreuve plus que nous le pensions. D’un commun accord, nous décidons d’abréger notre randonnée 12 km avant l’arrivée prévue, à l’aire de camping de La Vialette où nous débarquons à 11 h.  Pas si facile, le niveau d’eau était élevé, et on s’est tous bien bagarrés, mais basta !
Conclusion : Sortie très pédagogique, la « novice » en rivière a beaucoup appris, certains plus aguerris se sont révélés d’excellent pédagogues, le groupe a été très solidaire. Le plus important : il faut avoir conscience de la nécessité de pratiquer l’eau vive (à Saint-Pierre-de-Bœuf par exemple) afin de pouvoir faire face à des conditions de navigation un peu plus difficiles que celles que nous rencontrons couramment. C’est indispensable.

 

Sortie à Paladru le 12 mai 2012

Cette sortie était organisée en partenariat entre le CKDM et le SPAC 38 de Charavines sous l’impulsion de Sandrine adhérente handisport de ce club de voile.
Nous avons été accueillis généreusement avec café frais et petits gâteaux.
Le mauvais temps ne nous a pas fait reculer, ciel bas, brouillard un peu de vent, tant pis, nous sommes partis pour une traversée de 5 km entre Charavines et Paladru. A peine partis, Michel a voulu « goûter » la température de l’eau et hop un petit bain dans le lac. Une pluie drue nous a accompagnés presque toute la traversée, nous nous sommes donc réfugiés au club d’Aviron du lac bleu à Paladru sous un chapiteau prévu à l’origine pour la fête du nautisme. Réception de haute qualité, les installations du club ont été mis à notre disposition, nous nous sommes réchauffés autour du barbecue organisé par le club (nous avons même eu droit à quelques saucisses et merguez) et certains d’entre nous ont pu profiter de l’arrêt pour s’essayer à l’aviron.
Il est l’heure de rejoindre le lieu de départ et là hop, Michel repasse à l’eau donc exercice de sécurité : radeau, vidage de bateau et remontée dans le kayak. L’après-midi s’est déroulé tranquillement sans pluie et le retour vers Charavines a été rapide.
Encore une belle journée avec les randonneurs. Merci encore aux 2 clubs sur place qui nous ont si bien reçus.

Dimanche 6 Novembre 2011 : Grand Large – « Gros Bras et petits gâteaux »

Quatre Participants pour un entraînement express ce dimanche: Fred, Nicolas, Jacques, Sébastien. Une fois à l’eau, Fred s’improvise meneur de la séance et part comme une fusée en guise d’échauffement, nous laissant sur place. Après une dérive au milieu du lac pour cause de papotage inattentif, nous le rejoignons sur le rivage et essayons de ne pas nous faire trop distancer. Petit portage et remontée du canal jusqu’au barrage où Jacques nous offre une sympathique pause « cookies maison » histoire de reprendre des forces avant une descente « express » (tout en discutant des valeurs de la république, de la révolution française et de la crise financière internationale bien sûr). Les barrages en amont  et en aval du Grand Large retenant l’eau pour limiter les inondations suite aux fortes précipitations, en descendant nous avons pour la première fois pû traverser au-dessus de la digue séparant le canal du lac. Retour au club à 12h30.

Dimanche 16 octobre 2011 : Balade au Grand Large

Petit compte rendu de balade le dimanche 16/10/11

Nous étions 5 ce matin-là (Christina, Jacques, Emmanuel, Bertrand, Sébastien) . Rdv 9h30, départ vers 10h. Un temps magnifique, une lumière douce de matin d’automne. Le niveau d’eau sur le canal était plus haut que d’habitude. Il y avait une dizaine de cormorans sur la digue qui se séchaient les ailes. Tout en se promenant en remontant le canal nous avons discuté de points techniques en préparation de la sortie prévue sur l’Ain la semaine suivante (gîte, bac, reprise). Fin de la balade et départ du club vers 12h30 ce qui a permis aux participants de déjeuner en famille. Une très belle balade matinale. Prochaine date: le 30 octobre.

Formation « Pagaies Couleur » Eau Calme 2012

1ère séance (31 mars 2012) :

16 personnes présentes pour cette  1ère séance de formation des randonneurs aux pagaies couleur eau calme (jaune & verte) animée par Adrien Kaiser, moniteur au CKDM.

Membres du club ou de la fédération handisport, débutants ou experts, les pagayeurs ont pu travailler sous le soleil divers exercices techniques en kayak directeur ou manœuvrier dans deux ateliers en fonction de leur niveau.

Prochaine séance: Samedi 21 avril, 13h30-16h30.

2012-03-31-pagaie-j-v

 

 

 

 

Environnement du Grand-Large

Du Rhône naturel au Rhône aménagé :

– Avant 1840, le Rhône en amont de Lyon se divisait en  de nombreux bras au cours changeant au gré des crues, constituant une vaste zone de tressage. La navigation y était difficile et aventureuse.
– En 1840, le Canal de Miribel a constitué le premier aménagement du Rhône sauvage dans le double objectif d’améliorer la navigation et de réguler les crues.
– En 1899, est mise en service l’usine hydroélectrique de Cusset, desservie en dérivation du Rhône par le canal de Jonage.  Le réservoir du Grand Large (150 ha) fut creusé au début du vingtième siècle pour amortir les variations de production de l’usine.
– En 1937, pour augmenter la capacité de production de l’usine de Cusset, sera construit le barrage retenue de Jons sur le canal de Miribel. Désormais la plus grande part du débit du Rhône alimente l’usine encore en activité aujourd’hui.
Les plans d’eau de Miribel (350 ha) seront aménagés sur d’anciennes carrières de granulats ; en 1968 est inauguré le Parc de loisirs de Miribel-Jonage.

Depuis plus d’un siècle et demi, les aménagements qui ont accompagné le développement économique de l’agglomération lyonnaise ont profondément modifié les milieux naturels du Rhône qui pour avoir beaucoup changé n’en demeurent pas moins d’une grande richesse écologique. Le rythme du kayak de randonnée constitue un moyen privilégié de découverte de ces milieux pour qui prend le temps de sentir, de voir et d’entendre la nature au fil de l’eau.

Les oiseaux :

Le grèbe huppé

Le grand cormoran

Le héron cendré

L’aigrette garzette

Le cygne tuberculé

Le canard colvert

La nette rousse

Le fuligule milouin

Le fuligule morillon

Le milan noir

La foulque macroule

La poule d’eau

Le chevalier guignette

La mouette rieuse

Le goéland leucophée

La sterne pierregarin

La sterne naine

La guifette noire

La guifette moustac

Le martinet noir

Le martin pêcheur

L’hirondelle rustique

L’hirondelle de fenêtre

L’hirondelle de rivage

La bergeronnette grise

La bergeronnette des ruisseaux

Le pic noir

Le Troglodyte Mignon

Les mammifères :

Le Ragondin

 

 

Dimanche 8 janvier – La galette des randonneurs

 

Ce 8 janvier, dimanche des rois,  la section Rando du CKDM avait programmé sa traditionnelle sortie des randonneurs sur le grand Large, première sortie de l’année 2012.

 

 

Ce fut l’occasion de partager chocolat, galettes des rois, brioche à la praline (le tout « fait maison ») et de passer un bon moment ensemble. Les dégustations de desserts et les calories emmaganisées ne nous ont pas empêché d’entendre l’appel du Grand Large et de sortir les bateaux.

 

 

 

Outre la galette, au menu de ce moment de navigation, un petit vent frisquet qui gonflait les voiles des véliplanchistes.  Nous sommes remontés au vent, nous avons sillonné entre les bateaux, affronté quelques vagues, et pour finir nous avons pris le cap du CKDM, le vent dans le dos ; certains ont même battu leur record !

 

Nous avons terminé  l’après-midi au club, à peaufiner le  calendrier des sorties 2012 (voir le programme sur le site), à rêver de l’Allier, de la Dordogne, et du Lac Léman… Et pour nous maintenir en forme, nous avons décidé, de reprendre la navigation le dimanche matin (si les conditions météo ne nous sont pas trop défavorables).