Article, photos et autres médias relatifs à la vie du club de canoë-kayak de Décines-Meyzieu

Carnet Noir / Anne C : Culte vendredi 11 novembre 16h

A la mémoire d’Anne Constance …

Anne C

Nous avons appris la triste nouvelle samedi ; Anne Constance est décédée vendredi 4 novembre en fin d’après midi, renversée par un véhicule, alors qu’elle circulait à vélo.
Elle avait 21 ans et un bel avenir devant elle.

Tous ceux qui la connaissaient avaient pu apprécier sa gentillesse et son investissement.

Nos pensées vont à sa famille et à ses proches.

 

Voici le message de Karine Cascaro-Flambeaux, maman d’Anne-Constance :

Le culte pour Anne-Constance aura lieu vendredi 11 à 16h à l Espace Protestant Théodore Monod, 22 rue Romain Roland à Vaulx en Velin (quartier de la soie). Venez venez venez … et faites tourner.

Prenez des coussins les jeunes pour vous asseoir par terre ; les bancs ne suffiront pas et de toutes façons Anne-Constance aimait tellement s approprier l espace au temple qu’elle n y verra qu’une belle surprise 😉

Pas de fleurs ni de couronnes mais si chacun veut venir avec une fleur à la main, ce sera beau. Rien de plus. Nous ferons une cagnotte pour ceux qui voudraient faire un don et celle-ci sera repartie entre l’association Yaika dans laquelle Anne Constance était active au Burkina Faso https://www.acheterviagrafr24.com/viagra-prix-en-pharmacie/ et un projet autour du handi kayak.

PORTES OUVERTES CKDM

Samedi 10 septembre 2016, le CKDM a organisé ses traditionnelles portes ouvertes et cette année, le beau temps était au rendez-vous …

… et les kayakistes également !

image000000

Près de 80 personnes sont venues découvrir le canoë kayak lors de cette journée portes ouvertes. Ils ont été accueillis et accompagnés par une quarantaine d’adhérents du club dans un cadre agréable.

Nous avons profité de la matinée pour procéder au nettoyage des berges en partenariat avec la FRAPNA afin de présenter le lieu sous son meilleur jour. (lien article)
Grâce aux travaux de peinture réalisés cet été par la mairie de Décines,  et grâce à la météo favorable, nous avons pu partager cette belle journée dans d’excellentes conditions.

Au programme, découverte des embarcations (sit-on-top, kayak de mer, kayak polo, slalom, pirogue, …) et pour certains participation au jeu Yak’à Nature. (lien article)

Petite video sympa de kayak polo (vue d’un drone) à l’occasion des PO : https://www.youtube.com/video_copynotice?v=kJY7WZr4cxs

Nous avons également accueilli plusieurs personnes à mobilité réduite. le CKDM, adhérent à la Fédération Française Handisport a profité des portes ouvertes pour inviter le public handi à venir pratiquer.
Une de ces personnes a d’ailleurs pris sa licence au club depuis. Même si les conditions d’accessibilité ne sont pour l’instant pas favorables, nous savons que nous pouvons compter sur la mairie de Décines pour nous accompagner dans la réalisation de nos projets et en particulier pour nous faire évoluer vers des conditions plus favorables à l’accueil du public handicapé.

img_4968

président avec B. Abrial

Lancement du jeu de découverte du Grand Large YAK’à NATURE : un franc succès

à l’occasion des portes ouvertes du CKDM le 10 septembre 2016, nous avons lancé la 1ère phase du jeu YAK’à Nature …

« Excellent, joli cadre, étapes sympas, fiches infos très complètes, ludique, paisible ». Les commentaires recueillis auprès des participants étaient unanimement positifs à l’issue du jeu de piste nautique en kayak sur le Grand Large.

Aiguillés par une carte, des photos précisant la position de balises réparties sur l’ensemble du Grand Large et épaulés par des fiches d’informations « Le Saviez-vous » à chaque étape, les participants ont découvert en autonomie et en s’amusant la faune, la flore et l’histoire du site. La navigation organisée en petits groupes de 4-5 personnes (public adultes et adolescents) leur a permis d’être plongés pendant 2 heures au plus proche du milieu aquatique et https://www.acheterviagrafr24.com/prix-viagra/ de pouvoir réaliser des observations tranquillement au fil de la balade.

Les rencontres font germer les idées. C’est entre le Canoë Kayak Décines Meyzieu et le Genas Club Nature qu’a mûri ce projet soutenu par la Métropole de Lyon et conçu avec l’appui technique de la FRAPNA Rhône (Fédération Rhône Alpes de Protection de la Nature).

A bientôt pour de prochaines aventures …

H.H

briefing jeu Yaka Nature

navigation Yaka Nature

fiches étapes jeu Yaka Nature

documents jeu Yaka Nature

dossier-de-presse-yak-a-nature

Nettoyage du club

En partenariat avec la FRAPNA, les adhérents du club accompagnés d’une vingtaine de participants au chantier éco volontaire, ont nettoyé les berges et le bord du plan d’eau afin de le rendre plus attractif et plus sécurisé.

volontaires devant la benne

Merci à tous les participants et merci à la mairie de Décines pour son soutien et notamment la mise à disposition de la benne végétaux et des https://www.viagrasansordonnancefr.com/viagra-en-ligne/ outils de jardinage.

avant :

terrain avant nettoyage

pendant :

nettoyage côté vieux ponton transport des algues en bateau nettoyage du terrain nettoyage du chemin

après :

terrain après nettoyageapero bien mérité

Compte rendu de la Lyon Kayak 2016

Avant le grand rassemblement du dimanche, on s’était retrouvé la veille au soir pour une brève rencontre avec le club de Mèze dans un bistrot pur jus du 2ème arrondissement.

Les Mézois étaient 6 pour le parcours chrono des 21 km : Catherine et Frédéric, Emma, Manu, Joël et Georges. De notre côté, nous étions 5 à avoir choisi de parcourir les 14km avec la perspective d’apprécier Lyon sous un autre regard et de faire partager ce plaisir, toujours renouvelé, avec les nouveaux : Yann et Emmanuël le fils de Claude, cette dernière, Pierre et Sylvette.

Au départ, Manu du club de Mèze vint nous saluer avant de rejoindre son groupe. Nous avions embarqué et attendions le
signal.

dscn1971

dscn1986

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ambiance et la bonne humeur ne nous ont même pas fait sentir la pluie insidieuse. La Saône était à 20°, température relevée par Claude avec son thermomètre-poisson.

Que pouvions-nous demander de plus ?
dscn1986

Nous partîmes donc conquérants et, par un prompt renfort, nous nous vîmes plus de 2000 en arrivant au port. A voir Pierre et Yann pagayer avec rage, les plus démotivés reprenaient du courage (merci Corneille). Claude, Sylvette et Emmanuël les suivaient sans les perdre de vue savourant la beauté sauvage des berges, l’île Barbe, la navigation le long des quais. « Quelle belle ville ! » se plaisait à répéter Claude, d’ailleurs approuvée par tous.dscn1991 dscn1994 dscn1989

 

 

 

 

 

Arrivés bien mouillés et affamés à la Confluence, le pique -nique à l’abri sous un pont fut fort apprécié.
Claude se chargea de la navette avec 2 des membres afin d’aller récupérer camions et remorques Rochetaillé. Le temps pour d’autres d’aller boire un café et de discuter avec des kayakistes, détenteurs de superbes embarcations . A leur retour, on chargea les bateaux pour rejoindre le Grand Large par des chemins quelque peu détournés… Mèze, de son côté, rejoignait l’Hérault.

Malgré une météo maussade, ce fut encore, une belle Lyon kayak !
Un grand merci à Claude, organisatrice hors pair qui a su faire face à bien des péripéties. Et bien sûr, on compte sur vous pour être plus nombreux et repartir en 2017…

Résurrection de la section slalom

14199416_10209104972694485_8735646699540729529_n

Qu’ils étaient beaux nos 5 petits slalomeurs, à s’entraîner sur le bassin artificiel de St-Pierre de Boeuf, dit du « Pilat Rhodanien ». Après la frustration d’avoir regardé la finale des jeux olympiques à la maison, alors qu’ils auraient dû y participer (non-sélectionnés, sûrement en raison d’une règle absurde inventée par les grands pontes de la ffck) nos valeureux athlètes avaient besoin de souffler, afin de tourner la page.

Un mois d’Août dont ils ont donc bien profité, pour se ressourcer, faire le vide, une manière de se retrouver face à soi-même en somme.

Tout requinqué, après une paire de saisons passées dans l’ombre, Théo[le petit bonhomme en vert sur la photo, 2e en partant de la gauche], « le revenant », ou encore « la Gaille » comme ses amis l’appellent, retrouve donc les joies de l’entraînement, ainsi que ses sensations en eaux-vives. Puis allez, je ne résiste plus à l’envie de le citer : « ça fait tout drôle de tirer sur la pagaie à nouveau, je fais mes stop et mes reprises avec d’autant plus de volonté que j’ai été tenu écarté des bassins pendant mes trois années de médecine ! ».

Toutefois, dans l’excitation (ou alors parce qu’il avait trop insisté sur la préparation en salle), ce brave Théophile a brisé sa pagaie sur un appui trop puissant -comme souvent-  :  » c’est pas la première et loin d’être la dernière à casser comme ça. Ralala, toutes les mêmes, qu’elles soient ardéchoises ou slovaques, elles sont toujours trop fragiles ! Et trop chères !  »

Nous suivons tous l’aventure, en espérant que cet incident ne freinera pas « le revenant » dans sa préparation qui le mènera à Tokyo, où se joueront dans un peu moins de 4 ans les futurs jeux olympiques. Rappelons tout de même qu’avant cela, l’ambitieux amateur devra franchir de nombreux paliers, N3, N2, N1 puis les piges, mais ceci ne sera vraisemblablement qu’une formalité. (Sauf si pour cela il doit pagayer à mains nues, évidemment)

D’autant que la concurrence apportée par notre espoir, le jeune Arthur [casque jaune, au centre] le poussera sûrement dans ses derniers retranchements.  » J’ai hâte que les entraînements redeviennent réguliers, car j’aimerais tellement progresser sur les chicanes et mes stop circulaires ! ». Ah, qu’elle est belle, l’innocence de la jeunesse ! Symbole d’une relève qui bénéficiera du talent de ses aînés – essentiellement Thomas et Alexandre – Arthur fait part de son engouement pour la saison à venir, riche de conseils promulgués par ses mentors, lors des agréables séances du samedi matin (RDV 8h30, et à partir d’aujourd’hui c’est régulier).

Que dire encore de Lise [la petite à gauche], qui se jette sur les traces de Théo, ou encore d’Alessandra, indéboulonnable vétérante ?

Cette fois c’est sûr, même s’il ne faut pas vendre la peau de l’ours, on ne voit pas bien comment la flamme du slalom pourrait s’éteindre dans le cœur de nos compères du CKDM ! [avant de l’avoir tué, bon sang]

Tout ça pour dire (même si c’est déjà fait, mais il y a peut-être besoin de filtrer la vraie info des fioritures), les entraînements ont lieu le samedi matin, à St-Pierre ou Sault-Brenaz (parfois dénommé »Isle de la Serre »,sans raison valable), le rendez-vous est à 8h30, on ne vise pas l’or aux JO, mais on fait de notre mieux !

 

 

Portes ouvertes du club

image drone

Le CKDM a organisé ses portes ouvertes samedi 10 septembre.

Une trentaine d’adhérents étaient mobilisés pour faire découvrir nos activités à plus d’une soixantaine de personnes venues pour l’occasion.

Au programme : découvertes des activités :

  • école de pagaie
  • randonnée
  • kayak polo
  • slalom
  • handi kayak
  • jeu nature

liens à venir pour plus de détails sur les différents éléments…

Merci à tous les participants.

Descente de la Loire – Juillet 2016

Descente de la Loire de Pouilly sous Charlieu (14 km en aval de Roanne) jusqu’à Fourchambault (10 km en aval de Nevers) soit près de 180 km en 9 jours de navigation, du 14 au 24 juillet 2016.

Notre projet était descendre la Loire dans sa partie sauvage en kayak de mer, en itinérance avec bivouac ou camping le long du fleuve, en « mode vacances » (une vingtaine de kilomètres par jour), alliant le kayak, la ballade et la découverte du milieu.

Les étapes :

J1 : Pouily sous Charlieu –Chambilly (16 km)
J2 : Chambilly – bivouac après Bonnand (17 km)
J3 : Bonnand Digoin (22 km)
J4 : Digoin Pierrefite (16 km)
J5 : Pierrefite – Bourbon Lancy (22 km)
J6 : Bourbon Lancy – Thareau (20 km)
J7 : Thareau – Decize (32 km)
J8 : Decize – Imphy/St Eloi (31 km)
J9 : Imphy/St Eloi / Fourchambault (20 km)

L’équipe : 6 participants (Nicolas, Maryvonne, Max, Patrick, Pierre et Claude), certains, des kayakistes confirmés, d’autres des grands débutants, mais partageant tous des rêves de gosses : naviguer bien sûr, mais aussi observer la nature sauvage, pêcher, faire du feu, cuisiner dans la cendre, faire son café au feu de bois, explorer, faire pêter des pétards, se laver dans le fleuve, se baigner… Et bien sûr partager…

dscn1010

La navigation : Pas de grandes difficultés en cette période. Le débit est moyen (25 m3 ?), mais au fil des jours on constate une baisse du niveau de l’eau. Nous sommes contents de pouvoir « affronter » quelques drossages, quand il y a un peu de courant, mais c’est rare ! Les nombreux méandres de la Loire nous obligent à rechercher les passages où le courant est le plus fort, nous contraignant à « louvoyer » sans cesse entre la rive droite et la rive gauche, afin d’éviter de poser le kayak sur une gravière.
Deux étapes dépassent les 15-20 km habituels qui constituent notre rythme de croisière ; heureusement le courant, même faible, nous aide lors de ces étapes un peu plus longues. Nous naviguons en moyenne 5 heures par jour. Nous avons fait quelques exercices (bacs, reprise de courant) lorsque cela se présentait, et notamment au bec d’Allier.
Quelques passages « délicats » :
– Decize : Descente des bateaux (vides) à la corde puis portage sur quelques dizaines de mètres (passage escarpé sur de gros cailloux)
– Digoin : nous avons dû passer les bateaux chargés « à la cordelle », opération assurée par 3 d’entre nous
– En aval de Digoin : affleurement naturel, passage à la cordelle après avoir dû aider les embarcations allemandes, canots plus volumineux que nos fins kayaks.
– Nevers : déchargement de bateaux et portage sur une centaine de mètres.

Le ravitaillement : Nous nous sommes ravitaillés 3 fois : à Digoin, à Bourbon Lancy et à Decize (au camping). Il est important de bien anticiper aussi bien pour la nourriture que pour l’eau.

dscn1009

 

Les paysages : Assez variés au fil de notre progression, la Loire creuse son lit vers le nord dans une couche d’éboulis et d’alluvions, de sables et d’argiles ; peu de relief. Des gravières, des falaises de sable certaines d’une dizaine de mètres de haut, ornées des nids d’hirondelles de rivage.

dscn0977

 

La faune : Tout au long de la Loire quelques chevaux, quelques ânes mais surtout de nombreux troupeaux de vaches, des charolaises, au bord du fleuve, qui nous enviaient et aurait bien aimé, elles aussi, prendre le large… Il y a aussi ceux qui ont vu le castor, et plus nombreux, ceux qui auraient aimé le voir !
Nous avons pu observer des oiseaux surtout, beaucoup d’oiseaux, des aigrettes, des cigognes, des hérons cendrés, des colonies d’hirondelles de rivage, le milan noir, le pic Epeichette, le chevalier guignette, le cul blanc, le petit graveleau… les sternes et leur spectaculaire plongeon en piqué (de près de 15 m de haut) pour tenter de pêcher un poisson. Et les vols de vanneaux, magnifiques oiseaux noirs et blancs dont le vol est de ceux qu’effectue la patrouille de France !
Il y avait aussi les libellules accouplées, par deux.
Et puis des poissons, ceux que l’on pouvait voir, sous les kayaks, quand l’eau était claire, et ceux que notre pêcheur a retiré du bout de sa canne : les chevesnes, le silure de près de 4 kg. Il y a aussi eu le sandre baladeur… mais ça, c’est une autre histoire !
dscn1026

 

La flore : Durant toute la première partie du parcours, nous avons navigué sur une Loire toute fleurie de Myriophylle aquatique ; nous avons aussi constaté les dégâts de la renouée du Japon, plante invasive qui colonise dangereusement les berges de la Loire. Quelques arbres : surtout des saules et des peupliers.

dscn0995

 

Les bivouacs : Nous avons campé 3 fois dans un camping, mais la plupart du temps nous avons préféré le bivouac, plus sauvage, même si les routes n’étaient jamais très loin. Beaucoup de calme et une belle impression de liberté sur les îles de la Loire.

dscn1197

 

Un peu de culture :
Visite de Charlieu avec ses maisons à pans de bois datant du XIIIème au XVIIIème siècle, et son abbaye datant du 9e siècle
Visite de l’ « Observaloire » de Digoin, musée pédagogique sur le fleuve Loire qui nous raconte son histoire, sa marine, son écosystème, ses canaux. Et une très belle exposition de photos sur les libellules.
Le pont canal de Digoin qui permet au canal latéral à la Loire de franchir la Loire et de se connecter un peu plus loin avec le canal du Centre. Accessible aux bateaux et aux piétons.
St Aubin : recherche du château fantôme que nous ne visiterons jamais !

En guise de conclusion, la Loire c’est une histoire de bec !
Rassurez-vous, point de blanc-bec dans cette aventure ligérienne ! Nous n’étions tous autant que nous sommes, ni jeunes, ni vraiment novices et encore moins prétentieux !
C’est ailleurs qu’il faut rechercher le bec. Il y a d’abord les becs de tous ces oiseaux que nous avons pu observer : le bec effilé du pic épeiche, le bec pointu de l’aigrette, le petit bec brun de l’hirondelle de rivage ; il y a aussi le « beau bec » que Patrick rêvait de pêcher, ce sera pour la prochaine fois ! Il y a aussi (et surtout) le bec d’Allier, confluence de la Loire et l’Allier, classé Natura 2000, que nous avions un peu fantasmé, mais qui est un sacré bec tout de même ! Et puis parfois, quelques prises de becs ! Eh oui, la Loire, c’est vraiment une histoire de bec !
Rendez-vous l’an prochain pour la suite du parcours !