Article, photos et autres médias relatifs à la vie du club de canoë-kayak de Décines-Meyzieu

Descente de la Loire – Juillet 2016

Descente de la Loire de Pouilly sous Charlieu (14 km en aval de Roanne) jusqu’à Fourchambault (10 km en aval de Nevers) soit près de 180 km en 9 jours de navigation, du 14 au 24 juillet 2016.

Notre projet était descendre la Loire dans sa partie sauvage en kayak de mer, en itinérance avec bivouac ou camping le long du fleuve, en « mode vacances » (une vingtaine de kilomètres par jour), alliant le kayak, la ballade et la découverte du milieu.

Les étapes :

J1 : Pouily sous Charlieu –Chambilly (16 km)
J2 : Chambilly – bivouac après Bonnand (17 km)
J3 : Bonnand Digoin (22 km)
J4 : Digoin Pierrefite (16 km)
J5 : Pierrefite – Bourbon Lancy (22 km)
J6 : Bourbon Lancy – Thareau (20 km)
J7 : Thareau – Decize (32 km)
J8 : Decize – Imphy/St Eloi (31 km)
J9 : Imphy/St Eloi / Fourchambault (20 km)

L’équipe : 6 participants (Nicolas, Maryvonne, Max, Patrick, Pierre et Claude), certains, des kayakistes confirmés, d’autres des grands débutants, mais partageant tous des rêves de gosses : naviguer bien sûr, mais aussi observer la nature sauvage, pêcher, faire du feu, cuisiner dans la cendre, faire son café au feu de bois, explorer, faire pêter des pétards, se laver dans le fleuve, se baigner… Et bien sûr partager…

dscn1010

La navigation : Pas de grandes difficultés en cette période. Le débit est moyen (25 m3 ?), mais au fil des jours on constate une baisse du niveau de l’eau. Nous sommes contents de pouvoir « affronter » quelques drossages, quand il y a un peu de courant, mais c’est rare ! Les nombreux méandres de la Loire nous obligent à rechercher les passages où le courant est le plus fort, nous contraignant à « louvoyer » sans cesse entre la rive droite et la rive gauche, afin d’éviter de poser le kayak sur une gravière.
Deux étapes dépassent les 15-20 km habituels qui constituent notre rythme de croisière ; heureusement le courant, même faible, nous aide lors de ces étapes un peu plus longues. Nous naviguons en moyenne 5 heures par jour. Nous avons fait quelques exercices (bacs, reprise de courant) lorsque cela se présentait, et notamment au bec d’Allier.
Quelques passages « délicats » :
– Decize : Descente des bateaux (vides) à la corde puis portage sur quelques dizaines de mètres (passage escarpé sur de gros cailloux)
– Digoin : nous avons dû passer les bateaux chargés « à la cordelle », opération assurée par 3 d’entre nous
– En aval de Digoin : affleurement naturel, passage à la cordelle après avoir dû aider les embarcations allemandes, canots plus volumineux que nos fins kayaks.
– Nevers : déchargement de bateaux et portage sur une centaine de mètres.

Le ravitaillement : Nous nous sommes ravitaillés 3 fois : à Digoin, à Bourbon Lancy et à Decize (au camping). Il est important de bien anticiper aussi bien pour la nourriture que pour l’eau.

dscn1009

 

Les paysages : Assez variés au fil de notre progression, la Loire creuse son lit vers le nord dans une couche d’éboulis et d’alluvions, de sables et d’argiles ; peu de relief. Des gravières, des falaises de sable certaines d’une dizaine de mètres de haut, ornées des nids d’hirondelles de rivage.

dscn0977

 

La faune : Tout au long de la Loire quelques chevaux, quelques ânes mais surtout de nombreux troupeaux de vaches, des charolaises, au bord du fleuve, qui nous enviaient et aurait bien aimé, elles aussi, prendre le large… Il y a aussi ceux qui ont vu le castor, et plus nombreux, ceux qui auraient aimé le voir !
Nous avons pu observer des oiseaux surtout, beaucoup d’oiseaux, des aigrettes, des cigognes, des hérons cendrés, des colonies d’hirondelles de rivage, le milan noir, le pic Epeichette, le chevalier guignette, le cul blanc, le petit graveleau… les sternes et leur spectaculaire plongeon en piqué (de près de 15 m de haut) pour tenter de pêcher un poisson. Et les vols de vanneaux, magnifiques oiseaux noirs et blancs dont le vol est de ceux qu’effectue la patrouille de France !
Il y avait aussi les libellules accouplées, par deux.
Et puis des poissons, ceux que l’on pouvait voir, sous les kayaks, quand l’eau était claire, et ceux que notre pêcheur a retiré du bout de sa canne : les chevesnes, le silure de près de 4 kg. Il y a aussi eu le sandre baladeur… mais ça, c’est une autre histoire !
dscn1026

 

La flore : Durant toute la première partie du parcours, nous avons navigué sur une Loire toute fleurie de Myriophylle aquatique ; nous avons aussi constaté les dégâts de la renouée du Japon, plante invasive qui colonise dangereusement les berges de la Loire. Quelques arbres : surtout des saules et des peupliers.

dscn0995

 

Les bivouacs : Nous avons campé 3 fois dans un camping, mais la plupart du temps nous avons préféré le bivouac, plus sauvage, même si les routes n’étaient jamais très loin. Beaucoup de calme et une belle impression de liberté sur les îles de la Loire.

dscn1197

 

Un peu de culture :
Visite de Charlieu avec ses maisons à pans de bois datant du XIIIème au XVIIIème siècle, et son abbaye datant du 9e siècle
Visite de l’ « Observaloire » de Digoin, musée pédagogique sur le fleuve Loire qui nous raconte son histoire, sa marine, son écosystème, ses canaux. Et une très belle exposition de photos sur les libellules.
Le pont canal de Digoin qui permet au canal latéral à la Loire de franchir la Loire et de se connecter un peu plus loin avec le canal du Centre. Accessible aux bateaux et aux piétons.
St Aubin : recherche du château fantôme que nous ne visiterons jamais !

En guise de conclusion, la Loire c’est une histoire de bec !
Rassurez-vous, point de blanc-bec dans cette aventure ligérienne ! Nous n’étions tous autant que nous sommes, ni jeunes, ni vraiment novices et encore moins prétentieux !
C’est ailleurs qu’il faut rechercher le bec. Il y a d’abord les becs de tous ces oiseaux que nous avons pu observer : le bec effilé du pic épeiche, le bec pointu de l’aigrette, le petit bec brun de l’hirondelle de rivage ; il y a aussi le « beau bec » que Patrick rêvait de pêcher, ce sera pour la prochaine fois ! Il y a aussi (et surtout) le bec d’Allier, confluence de la Loire et l’Allier, classé Natura 2000, que nous avions un peu fantasmé, mais qui est un sacré bec tout de même ! Et puis parfois, quelques prises de becs ! Eh oui, la Loire, c’est vraiment une histoire de bec !
Rendez-vous l’an prochain pour la suite du parcours !

Samedi 10 septembre : découvrez notre club + inscrivez vous au jeu YAK’à NATURE

Le matin, pour nos adhérents et toutes les personnes qui veulent nous rejoindre : nettoyage du club et chantier ecovolontaire en partenariat avec la FRAPNA Rhône pour assurer le nettoyage de nos berges en respectant notre environnement (http://www.frapna-rhone.org/devenir-eco-volontaire.html). L’apéritif est offert par le club pour les participants à la matinée.

L’après-midi :

  • Portes ouvertes du club pour découvrir le panel des activités proposées par le club pour tout public (enfants, ados, adultes). RDV à la base à partir de 13h45 avec des habits ne craignant pas l’eau et une tenue de rechange si vous voulez tester en live. Des démonstrations seront proposées par nos adhérents tout au long de l’après midi
  • Venez découvrir le YAK’à NATURE, jeu de piste combinant découverte du kayak et de la biodiversité du Grand Large. Ce projet soutenu par la Métropole de Lyon, a été mené par le Canoë Kayak Décines Meyzieu et le Genas Club Nature en partenariat avec le FRAPNA Rhône.

Pour participer au YAK’à NATURE , seul ou avec des amis, vous devez vous inscrire via ce formulaire : https://goo.gl/forms/WwXP4Lm2gx8hpq5w1

Le jeu est prévu pour des adultes et adolescents.

IL EST IMPERATIF DE SAVOIR NAGER.
Le jeu se déroule sur 1h30 à 2h selon votre vitesse de croisière.
Prévoir des affaires pour le kayak (vous serez très probablement mouillé en bas), des vieilles chaussures qui ferment, une tenue de rechange, un élastique si vous portez des lunettes, une casquette ou vêtement de pluie selon la météo.

Pour venir, c’est par ici, au bas de la page http://www.ckdm.fr/contact/

stage multisport

STAGE MULTI-SPORT   pour public 3 joursBonjour à tous (adhérents et non adhérents)

la fin des vacances approche, le CKDM propose un Stage Multi-Sport afin de clôturer cialis generique les vacances en beauté.

Vous trouverez en pièces jointes un PDF présentant l’offre.

vous pouvez choisir un ou plusieurs jours sur le planning du stage, en fonction de vos disponibilités et de vos envies .

Amicalement.

Romuald N
0783568939

STAGE MULTI-SPORT generic levitra oral jelly pour public 3 jours

2 titres de Vice-championne de France pour le CKDM

13672624_10154312405519593_748702422_n

De retour de Libourne avec 2 titres de vice-championne de France dans l’escarcelle, l’un en K2 handi/valide, l’autre en K1. Une très belle organisation, une bonne ambiance parmi les paracanoés. N’hésitez surtout pas à nous rejoindre. L’année prochaine les courses de vitesse auront lieu à Vitré. Merci à Emmanuel Cascaro, le papa d’Anne-Constance Cascaro de nous avoir servi de chauffeur, de photographe, de supporter, à Anne-Constance de me supporter toute l’année et à Lucas d’avoir pris le relai.

CR randonnée kayak – gorges de l’Ardèche 2-3 avril 2016

WE gorges de l’Ardèche 2-3 avril 2016

Participants : Moran, Blaise + 2 amis, Cyril, Gery, Monica, Jean Sylvain, Lucile, Max, Roland, Spooky, et Anne-Lise (rédactrice du CR après désistement général)

C’est une troupe hétéroclite mais enjouée qui se retrouve au CKDM de bon matin pour cette excursion : rivièreux et randonneurs, novices et experts sont au rendez-vous. Une fois le Old Town (superbe canoë canadien), le kayak double et les kayaks de mer chargés sur la remorque, l’équipage prend la route pour Saint-Martin-d’Ardèche, afin d’y laisser une voiture pour faire la navette et d’y retrouver deux amis de Blaise qui aideront à encadrer les débutants. Le camion plein à ras bord, nous prenons la jolie route touristique qui surplombe les gorges de l’Ardèche que nous allons explorer depuis les flots.
Nous pique-niquons tout en regardant les céistes descendre la glissière sous le pont qui surplombe la rivière. Le chargement des k-mers terminé (mais comment tout faire tenir ? il en faut des affaires pour un week-end, et des sacs étanches pour tout faire tenir en prévision d’éventuels bains !), tout le monde embarque sans encombres. C’est parti pour la 1ère moitié de la descente jusqu’au bivouac !

Il y a plus d’eau qu’en été (heureusement !), ce qui lisse certaines difficultés mais en cache d’autres. Les débutants sont un peu impressionnés au début par les remous de la rivière, les experts semblant eux trouver tout ceci bien facile. La première difficulté potentielle approche avec le rapide du Charlemagne ; malheureusement pour Max, un choc frontal avec un rocher fera un beau trou (découvert quelques heures plus tard) à l’avant de son kayak… C’est décidé, le rapide du Charlemagne a donc un nouveau nom : le Charlemax 😉 ! Anne-Lise qui le suivait finira échouée sur ledit rocher avant d’être remise à l’eau par Blaise.
Sans plus tarder, nous arrivons à l’arche, tant attendue par Moran – qui pouvait rentrer chez lui maintenant qu’il l’avait enfin vue, mais qui finira la descente avec nous tout de même. La navigation se poursuit, le temps est un peu gris mais nous échappons à la pluie. Tous sont surpris par le nombre de débarcadères pour les touristes – on imagine l’autoroute que c’est en été ! Nous profitons d’être seuls sur l’eau pour admirer la beauté des paysages, qui défilent bien vite – nous voilà déjà arrivés au bivouac du Gournier !
Il semblerait que Moran avait réservé le bivouac complet pour nous – pas un chat à la ronde ! Tant mieux, nous pouvons dormir dans les marabouts qui viennent d’être montés en prévision de la saison, et donc échapper au montage de tente sous la pluie. En attendant l’heure du repas, Blaise organise une partie de Mölkky. Roland bat tout le monde à plates coutures ! Les filles quant à elles sont en compétition pour le score le plus médiocre (l’essentiel c’est de participer, n’est-ce pas ?).
Les gars construisent un feu de camp, mais sur le barbecue – allez comprendre ! Nous nous régalons d’un délicieux plat de saucisses lentilles préparées par le chef cuistot à l’avance. Certains se réchauffent près du feu, tandis que d’autres jouent à un jeu bizarre (Bazar bizarre, plus précisément), puis tentent de prendre leur revanche face à Roland au tarot : peine perdue, il écrase encore plus la concurrence ! Les campeurs se répartissent dans les différents marabouts pour une nuit plus ou moins longue et confortable selon le confort du couchage amené.
Le temps est toujours bien gris le lendemain au réveil. Le temps de tout remettre dans le kayak, et nous voilà repartis pour la 2ème portion de la descente. Malheureusement pour elles, deux pagayeuses se feront avoir par un drossage dans un des premiers rapides après le bivouac… bains dans l’eau qui reste fraîche, et surtout sans le soleil pour se réchauffer après. Blaise et J-S sont apparemment jaloux et se mettent volontairement à l’eau en sautant d’un surplomb… ils sont fous ces rivièreux !
La descente se poursuit dans une ambiance beaucoup plus humide, la pluie ayant commencé à tomber… Accompagnée d’un vent de face, elle rend la progression dans la dernière ligne droite plus pénible, et aura raison des dernières forces d’une des pagayeuses trempée et frigorifiée, remorquée sur la fin par l’aimable organisateur du week-end.
Blaise qui aime vraiment l’eau froide y retourne en testant trop fortement les limites de la gîte d’un K2… Pas découragé, il tente avec J-S un esquimautage en K2 en fin de parcours, vainement même si la motivation y était. L’arrivée est déjà là (ou plutôt « enfin » pour certains !). Le petit groupe parti en éclaireur est déjà en train de faire la navette, tandis que le reste de la troupe se change à l’abri. Les habits secs sont bien appréciés ! Les kayaks sont rechargés sur la remorque, pour le retour au CKDM où nous retrouvons le groupe de kayakistes qui étaient pour leur part sur le Chéran et n’ont pas eu droit à la pluie battante de face, eux ! Descendre l’Ardèche hors saison a un prix, mais la bonne ambiance aura permis à tous de bien profiter de cette sortie.

l’album photo :

P1040701

Course N3 à Oyonnax

Vous ne le saviez peut-être pas, mais ce weekend avait lieu la légendaire course N3 d’Oyonnax, plus connu sous le nom de Lavancia-Epercy pour les connaisseurs.

 

C’est donc pour cette raison que nous nous retrouvâmes non loin de la cité du plastique, bien résignés à laisser exprimer notre talent sur les eaux-vives et chargées de la Bienne.

La Bienne qui pour l’occasion avait décidé d’être en crue, noyant ainsi complètement le bassin : c’est bien dommage, les organisateurs durent adapter le parcours en conséquence…

Crue ou pas crue, les téméraires que nous sommes se sont engagés, enchaînant les portes vertes à descendre et les rouges à remonter (enfin, sauf Thomas qui a préféré en sauter une, histoire de gagner du temps!).

Et c’est au passage une grande première pour deux adhérents : tout d’abord, la première N3 de Lise, la petite cadette qui a la lourde tâche de rétablir la parité à elle toute seule (?) puis pour Loïc, le poloïste (et futur slalomeur ?) qui pour la première fois d’une longue série a participé à l’organisation de la course.

Lise s’est donc élancée la première, franchissant toutes les portes et dans le bon sens, en n’en touchant que 2.

Ensuite Victorien a porté bien haut les couleurs du CKDM en accédant à la finale A, assez vite accompagné par Alexandre. Pendant que ce dernier franchissait la ligne d’arrivé, le concurrent suivant, Thomas, était déjà en train de faire des bêtises, qui l’ont conduit encore une fois en finale B (bouhhhh).

Après un petit épisode neigeux, la deuxième manche (celle de finale donc) recommençait. Et donc, pour faire court, car vous fatiguez déjà, les résultats furent les suivants : résultats.

Puis nous sommes rentrés, laissant derrière nous des souvenirs impérissables d’un weekend qui restera à jamais gravé dans nos mémoires.

 

 

 

 

 

 

5-6 Mars : Sélectif N3 slalom à Monluçon

Ce weekend avait lieu la première N3 de l’année, celle-ci s’est déroulée sur le resplendissant bassin de Lavault-Sainte-Anne, tout proche de Montluçon, métropole Auvergnate (donc de notre nouvelle région).

Nous étions 5 compétiteurs du CKDM : Yannick, Victorien, Thomas, Alexandre et Rémi et une juge : Lise, que nous remercions grandement.

Le CKVML a su gérer l’organisation à merveille, ce qui nous a fait garder le sourire malgré des conditions météorologiques peu clémentes.

Le parcours était très original : descente 1 et 2 , 3 dans le contre-courant qui enchaîne avec une 4 toujours dans le contre-courant (bonnes sensations !!)  puis un stop 5 à droite dans un contre puissant avant d’enchaîner sur une reprise (ne pas planter l’appel trop profondément si vous ne voulez pas perdre votre pagaie) qui vous verra descendre dans un contre à gauche la 6e porte.

On enchaîne ensuite avec des portes 7 et 8 à descendre, puis un stop 9 (où jugeait notre amie Lise) qui  s’est retrouvé là bien malgré lui (le stop, pas Lise).

La suite, on la connaît : descente 10 stop 11 à gauche puis décalé 12-13-14 avant de terminer sur un invraisembale TRIPLE STOP (du jamais vu depuis une décennie en N3) et une descente dans un contre…puis une interminable dernière ligne droite.

Lien vers les résultats des finales et des qualifications

Concluons avec la préparation qui passe par l’alimentation et le traditionnel flunch du samedi soir :

20160305_215452

et des photos :

Thomas qui s’essaye au canoë :

26 (3)

Rémi, qui participait à s première N3 depuis bien longtemps :

36 (5)

Yannick, qui a été la belle surprise de la première manche :

48 (9)

Victorien, fidèle à lui-même :

49 (2)

Alexandre, parlant de lui à la troisième personne :

57 (5)

et de nouveau Thomas, qui décidément est de partout !

Thomas, K1H, N3 Montluçon 2016

21 Février – Randonnée au lac d’Aiguebelette en kayak de mer

Le dimanche 21 Février 2016 une belle randonnée sur le lac d’Aiguebelette a été faite par neuf personnes du club. Départ du Grand Large le matin à 10h et mise a l’eau des kayaks au debarcadére de Nances vers 11h . Belle navigation avec un trés beau temps dans un paysage ou la nature est toujours proche, et respectée. L’eau du lac aussi est trés pure : une aubaine pour les pecheurs et la faune locale.
Vers 13h le pique nique sur la rive opposée, à l embouchure du Thiez fut le bienvenu . Tout cela dans la bonne humeur avant de remonter ce ruisseau déversoir du Lac ,bordé de petites maisons au charme tranquille et discret.
Pour le retour vers 16h30 au point de départ nous glissons le long de la rive opposée ,salués parfois par le décollage d’un col vert , pendant que du haut de la chaîne de l’Epine qui nous domine tombent par dizaine les parapentes de toutes couleurs. Parcours facile (17km) bien adapté pour des débutants.